Skip to Content

L’avenir de notre agriculture : l'État doit mener le bal

Équiterre qui, depuis la vaste consultation ayant mené au Rapport Pronovost en 2008, intervient régulièrement dans le dossier de l'adoption de la première politique agricole, attendait depuis longtemps le dépôt du livre vert bioalimentaire qui a eu lieu hier.

Bien que plusieurs propositions semblent fort intéressantes, comme le principe d'éco-conditionnalité ainsi que la valorisation de l’environnement et des territoires agricoles du Québec, Équiterre met un bémol sur la priorité accordé au rôle du consommateur dans le façonnement de l’avenir de notre agriculture. En effet, Équiterre soutient que c'est à l’État que revient le rôle de leader pour réussir le virage vers une agriculture durable.

La future politique agricole doit se construire sur le principe de souveraineté alimentaire, lequel engage les États à d’abord nourrir leur population, à même les ressources de leur territoire agricole, tout en valorisant l’équité et la justice sociale.