Skip to Content

Le rôle de la STM dans la lutte aux GES

Au Québec le secteur des transports terrestres – l’automobile en particulier – est celui qui émet le plus de gaz à effet de serre. Le gouvernement du Québec, lors de la Conférence de Copenhague en 2009, a pris l’engagement de réduire de 20 % par rapport à l’année 1990 les émissions de GES générées sur le territoire du Québec à l’horizon 2020, alors que la Ville de Montréal compte réduire ses émissions de 30%.

La Société de Transport de Montréal (STM), un partenaire de la Station-service cocktail transport d'Équiterre, est déterminée à jouer un rôle prépondérant dans la poursuite des objectifs de réduction des gaz à effet de serre au niveau provincial et municipal. Elle s’est donné l’objectif ambitieux d’augmenter de 40 % l’achalandage du transport collectif pour atteindre 540 millions de déplacements par année en 2020, évitant les émissions de quantités considérables de gaz à effet de serre. En améliorant son offre de service et en adoptant un positionnement de marque sur le thème de l’environnement au style simple et accrocheur, elle incite un plus grand nombre de citoyens à poser un geste en faveur de l’environnement en se joignant au mouvement collectif.

La STM poursuit également ses efforts pour limiter les émissions de gaz à effet de serre générées par ses propres activités. Elle a pris à cet effet plusieurs initiatives, dont l’introduction du biodiesel et la conduite écologique de ses chauffeurs. Elle entend aussi, à compter de 2025, acquérir uniquement des bus tout-électriques.

En 2007, la STM a pris l’engagement d’intégrer le développement durable dans ses façons de faire, et ce partout dans l’entreprise. Progressivement, la STM met donc en place une véritable culture de développement durable, en mettant à contribution ses employés, sa clientèle, le grand public, ses partenaires et ses parties prenantes. Consultez les détails des gestes que la STM pose au quotidien.