Skip to Content

Mise en garde contre les antibiotiques donnés aux animaux

Actu - Poulet en cage

Un rapport de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), consulté par La Presse, conclut que l’administration d’antibiotiques visant à maximiser la croissance des animaux d'élevage contribue à l'antibiorésistance chez l'humain. Interdit en Europe depuis 2006 afin de contrer l’émergence de bactéries et d’autres microbes résistants aux antibiotiques, l'emploi d'antibiotiques à titre de facteur de croissance - pour les porcs et les poulets de chair - est toujours permis ici.

Équiterre souscrit aux recommandations du rapport Pronovost en la matière. Publié en 2008, ce rapport devait servir d’assise à la future politique agricole québécoise qui est toujours attendue. Ce rappport recommandait au gouvernement du Québec d’encourager le développement de produits québécois différenciés, provenant d’élevages sans antibiotiques utilisés comme facteur de croissance. Il exhortait aussi la province à prendre « le leadership au sein des forums fédéraux-provinciaux afin que soit interdite au Canada l’utilisation des antibiotiques comme facteur de croissance ».

Depuis plusieurs années, Équiterre soutient les fermes d'élevage qui intègrent le réseau de l’Agriculture soutenue par la communauté. Ces fermes sont certifiées biologiques ou en voie de l’être, ce qui implique que les animaux sont exclusivement nourris d’aliments biologiques exempts d’hormones de croissance et d’antibiotiques, et que leurs besoins physiologiques et éthologiques sont respectés. Pour trouver une ferme d'élevage, consulter notre réseau des fermiers de famille.