Skip to Content

Sondage pancanadien: l’appétit grandit pour l’approvisionnement local dans les institutions

Actu - Farm to Cafeteria 2013

Un sondage publié cet automne, intitulé Le point sur l’alimentation locale : les écoles, campus et établissements de santé s’expriment démontre que les organismes publics s’approvisionnent de plus en plus en aliments sains, cultivés localement et de manière responsable, et ce dans pratiquement toutes les provinces et tous les territoires du pays.

L'approvisionnement local en quelques chiffres

Près de 240 spécialistes en alimentation et en nutrition œuvrant dans les écoles, les campus et les établissements de santé ont répondu à un questionnaire qui a permis de faire ressortir d’intéressants faits à propos de l’approvisionnement local institutionnel, notamment :

  • Les écoles et les campus ont plus tendance à offrir des aliments locaux que les établissements de santé (76 % et 92 % respectivement, contre 66 % pour ces derniers);
  • Ces derniers sont aussi plus enclins à proposer des activités éducatives sur le sujet (90 % et 86 % respectivement, contre 38 % dans les établissements de santé);
  • Les campus et les établissements de santé ont davantage de politiques à cet égard et de contrats avec des fournisseurs locaux (33 % et 29 % respectivement, contre 14 % pour les écoles).

Qu’est-ce qui pousse les organismes publics à adhérer au mouvement de l’alimentation locale ? L’étude dévoile un facteur clé de cet élan : « une qualité supérieure, dans la fraîcheur, le goût ou la valeur nutritive ».

Un appétit grandissant pour les produits locaux

« Des serres, des jardins et des fermes voient le jour dans les cours d’école, sur les campus et sur les terrains des hôpitaux. Grâce à de nouvelles chaînes d’approvisionnement, les organismes peuvent acheter et offrir des aliments locaux provenant de sources non traditionnelles, comme les marchés fermiers et les coopératives alimentaires. Ces aliments, qui vont du saumon jusqu’aux fraises, se retrouvent dans les cantines scolaires, les aires de restauration universitaires et les assiettes des patients », déclare Joanne Bays, directrice nationale du réseau De la ferme à la cafétéria Canada.

Un pas dans la bonne direction pour proposer des aliments sains, locaux et bio aux clientèles que sont les jeunes et les patients et à un nombre grandissant de gens partout au pays.

Comme le souligne Isabelle St-Germain, directrice générale adjointe d’Équiterre : « Pour promouvoir l’approvisionnement local dans nos institutions publiques, nous souhaitons voir d’autres provinces proposer des politiques sur l’alimentation, tel le projet de loi sur la souveraineté alimentaire déposé par le gouvernement du Québec au printemps dernier. Toutefois, ces politiques se devront d’établir des cibles progressives précises. Si les gouvernements diffusent un message clair aux institutions pour qu’elles achètent localement, les producteurs vont s’organiser pour offrir des prix concurrentiels », indique Isabelle St-Germain, directrice générale adjointe d’Équiterre.

Nous vous invitons à consulter ce tout premier sondage sur l’approvisionnement local dans les institutions.