Skip to Content

Parachèvement de l'autoroute 30 : Équiterre, Greenpeace et Nature Québec réaffirment leur vive opposition et soutiennent la mobilisation des citoyens

Montréal, le 29 mai 2008 - Équiterre, Greenpeace et Nature Québec réaffirment leur opposition au projet de parachèvement de l'autoroute 30 sur le tronçon sud. La construction de ce tronçon détruirait plus de 550 hectares de terres cultivables, parmi les plus fertiles au Québec. Alors que plane la menace d'une crise alimentaire mondiale, le Québec a plus que jamais besoin de protéger son territoire agricole qui ne cesse de s'étioler. De plus, dans le cadre de la mise en place de la stratégie québécoise sur le développement durable, le parachèvement de la 30 sur ce tronçon est un non-sens. Plus globalement, ces organismes nationaux considèrent que les ressources allouées à la construction de nouvelles infrastructures routières de ce type devraient plutôt être investies dans le transport en commun.

« La 30 est un excellent exemple de manque de cohérence. D'une part, Québec propose un solide plan de développement durable, et d'autre part, il asphalte des centaines d'hectares de terres fertiles pour faire rouler davantage de voitures, principales responsables des gaz à effet de serre. Pour être conséquent avec ses ambitions, le Québec aurait avantage à investir dans les infrastructures de transport en commun », fait remarquer Sidney Ribaux, cofondateur et coordonnateur général d'Équiterre.

« Les impacts du projet de construction de l'autoroute 30 sur l'agriculture n'ont pas fait l'objet d'une analyse suffisante lors des audiences qui se sont tenues en 2002, et la Commission de la protection du territoire agricole s'était prononcée contre la construction du tracé sud dans les terres agricoles. Dans ce dossier, Québec va encore à l'encontre des conclusions de sa propre Commission, ce qui est un non-sens en termes de développement durable », rappelle Christian Simard, directeur général de Nature Québec.

« À quand un vrai ministère des Transports qui prioriserait le transport en commun et la lutte au réchauffement de la planète? Quand les actions correspondront-elles réellement aux paroles? La 30 favorisera manifestement un plus grand nombre de voitures sur les routes », souligne Arthur Sandborn, porte-parole Climat et énergie chez Greenpeace. Greenpeace, qui a toujours soutenu le comité de citoyens qui s'oppose au tracé sud de la 30, estime que le projet de parachèvement de cette autoroute s'attaque à des sols figurant parmi les meilleures terres arables du Québec.

Équiterre, Greenpeace et Nature Québec invitent la population à participer à une manifestation organisée par le Comité de citoyens(nes) Autoroute 30, tronçon Candiac / Sainte-Catherine, tracé nord sur la route 132, ce samedi 31 mai à 10 h, à l'angle des rues Saint-Pierre et Lasaline à Saint-Constant.

Rappelons que les trois organisations sont membres de la Coalition pour la protection du territoire agricole.

- 30 -

Information :

Éveline Trudel-Fugère, relationniste
Équiterre
514-522-2000, poste 303 ou cell : 514-605-2000
etfugere@equiterre.qc.ca

Jocelyn Desjardins, Communications et relations publiques
Greenpeace
jocelyn.desjardins@yto.greenpeace.org

514-212-5749

Mylène Bergeron, coordonnatrice aux communications et aux sollicitations
Nature Québec
(418) 648–2104 poste 2074 ou cell. : (418) 933-2031
communications@naturequebec.org

Flux d'information :