Skip to Content

Définition et historique du commerce équitable

En 2001, quatre des plus grandes organisations internationales de commerce équitable ont formé un réseau et proposé une définition du commerce équitable.

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l'objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s'engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l'opinion et à mener campagne pour des changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel. » (1)

Près de soixante ans avant d'être clairement défini, le concept du commerce équitable est apparu dans les années 1940 et a gagné en popularité au fil des ans. Voici plus en détails l'historique de ce concept.

Années 1940 et 1950: origines

  • Des mouvements confessionnels aux États-Unis développent des filières solidaires avec les producteurs du Sud.
  • En 1946, Edna Ruth Byler commence à vendre de l'artisanat importé directement des producteurs de Puerto Rico à Akron, en Pennsylvanie.
  • Byler ouvre son premier magasin en 1958 en Pennsylvanie. Celui-ci deviendra Dix Mille Villages, une entreprise très connue dans le mouvement équitable.

Années 1960 et 1970: consolidation de la filière équitable

  • Helping-by-Selling, la première organisation de commerce alternatif (ATO), est fondée par Oxfam en 1965 en Angleterre.
  • Le premier magasin équitable en Europe voit le jour à Breukelen, aux Pays-Bas, en 1969.
  • La deuxième Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) lance le slogan Trade, not Aid!, (Le commerce, pas la charité!), en 1968.

Années 1980 et 1990: croissance et apparition de la marque de certification

  • Devenues nombreuses, les ATO européennes créent l'European Fair Trade Association (EFTA) en 1987. En 1994, les magasins équitables européens créent le réseau Network of European World Shops (NEWS).
  • En 1988, la coopérative mexicaine de café UCIRI et l'organisation non gouvernementale hollandaise Solidaridad lancent l'initiative Max Havelaar. Le logo de certification équitable permet à cette alternative commerciale d'accéder aux réseaux de distribution à grande échelle et donc au grand public.
  • L'initiative Max Havelaar est reproduite dans plusieurs pays du Nord, dont le Canada, où elle se nomme Transfair Canada.
  • La World Fair Trade Organisation (WFTO), lancée en 1989 sous le nom de l'International Federation of Alternative Trade (IFAT), puis connue sous le nom de l'International Fair Trade Association (IFTA), regroupe plus de 350 organisations variées (producteurs, commerçants, détaillants, etc.) à travers le monde.
  • En Amérique du Nord, la Fair Trade Federation (FTF) est officiellement fondée en 1994 (elle existait informellement depuis la fin des années 1970) pour représenter importateurs et détaillants de produits issus du commerce équitable.
  • La Fairtrade Labelling Organizations International (FLO) est fondée en 1997 pour regrouper toutes les initiatives du type Max Havelaar. Aujourd'hui, la FLO regroupe 23 initiatives nationales et 3 réseaux de producteurs (en Afrique, en Asie et en Amérique latine).

Années 2000: Le commerce équitable à la croisée des chemins

  • Des multinationales équitables? Répondant à la pression publique qui prend de l'ampleur, Starbucks commence à offrir du café équitable en 2000. Dans les grandes surfaces, plusieurs marques de cafés équitables apparaissent peu à peu sur les étagères, comme Partner's Blend de Nestlé ou Mountain Moonlight de Procter & Gamble.
  • Inspirés par le modèle FLO, de nouveaux systèmes de garantie font leur apparition: Ecocert, Rainforest Alliance, Utz, etc. Parallèlement, plusieurs multinationales développent des standards privés, c'est-à-dire sans vérification indépendante.
  • Preuve que le commerce équitable prend de l'ampleur, des critiques lui sont opposées (2) et ses pratiques sont questionnées: La participation des multinationales trahit-elle les principes à l'origine du mouvement? Le commerce équitable est-il dominé par les intérêts des organisations du Nord? Existerait-il des méthodes d'évaluation plus justes et plus participatives?
Sources:

(1) FINE
(2) On peut notamment consulter ces ouvrages : Jacquiau, C., Les Coulisses du commerce équitable : Mensonges et vérités sur un petit business qui monte, Éditions Mille et une nuits, Paris, 2006; Gendron, C., Quel commerce équitable pour demain? Écosociété, Montréal, 2009; Fridell, M., I. Hudson, M. Hudson, With Friends Like These: The Corporate Response to Fair Trade Coffee, Review of Radical Political Economics 40 (8), 2008.

Autres liens consultés :

- Fridell, G., Fair trade coffee : the prospects and pitfalls of market-driven social justice, Toronto, University of Toronto Press, 2007.
- FLO, History of Fairtrade
- WFTO, Sixty years of Fair Trade
- Fairtrade Foundation, Fairtrade Labelling International History
- Dix Mille Villages, À propos de nous