Skip to Content

Kilométrage alimentaire

Quand vous faites votre épicerie, prenez-vous le temps de vérifier la provenance de ce que vous achetez ? De tourner chaque fruit pour lire la petite étiquette qui indiquera d’où il vient ? De chercher l’information sur les tablettes indiquant si les légumes viennent du Québec ?

La majorité des consommateurs souhaite pouvoir consommer des aliments locaux et pourtant, moins du tiers des aliments consommés au Québec provient d’ici. Le kilométrage alimentaire a pour but de classer les aliments en fonction de la distance qu’ils ont parcouru avant d’atteindre notre assiette.

Malgré le fait que le Québec compte un grand nombre de fermes, nous importons un montant considérable d’aliments de l’étranger. Or, la consommation de produits importés a de nombreux impacts environnementaux, sociaux et économiques: le transport des aliments génère des gaz à effet de serre, les normes de production et les conditions de travail de ces agriculteurs peuvent être moins rigoureuses qu’ici, et les importations nous éloignent d’une plus grande autosuffisance alimentaire.

Voici 3 exemples pour mieux comprendre d’où vient ce que nous mangeons :

LA POMME

  • Fruit emblématique de notre province, la pomme prend des allures exotiques lorsqu’on la rencontre sur nos étalages : États-Unis, Chili, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Italie, France, Argentine (1). Quand on sait que la pomme est le seul fruit québécois qu’on peut consommer à l’année longue, c’est assez surprenant!
  • Pour prendre l’exemple des pommes du Chili, celles-ci parcourent environ 9350 km en bateau, puis environ 600 km en camion pour parvenir à Montréal, pour un total d’environ 9950 km (2).
  • Saviez-vous qu’en 2011, le Québec a exporté des pommes pour une valeur de plus de 3 millions de dollars, mais a aussi importé pour 54 millions de dollars (3) de ce fruit emblématique d’ici, soit 18 fois plus?

LA TOMATE

  • Alors que le Québec regorge de tomates savoureuses en été, la province a importé pour pour une valeur de 14 022 000 $ de tomates fraîches en 2011 (4).
  • Les tomates étrangères proviennent elles aussi principalement des États-Unis, de la Floride en particulier (4). Elles parcourent donc environ 2400 km par camion avant d’atteindre nos paniers d’épicerie. Une grande distance pour un si petit fruit!

LA LAITUE

  • Le Québec a produit environ 52 208 tonnes de laitues en 2011 pour répondre à la demande. Friands de verdure, les Québécois consomment environ 9,65 kg de laitue par personne et par année. (4)
  • Seulement en 2011, le Québec a importé des laitues fraîches pour une valeur de 11 616 000 $, alors que les exportations s’élevaient à 19 775 000 $. Elles proviennent principalement des Etats-Unis, et plus particulièrement de la Floride et parcourent donc environ 2400 km par camion jusqu’à Montréal. Une petite quantité de laitues importées viennent aussi de l’état du Maryland et de la Californie. (4)

POURQUOI PRIVILÉGIER LES FRUITS ET LÉGUMES DE CHEZ NOUS?

L’achat local a de nombreux avantages sociaux, économiques et environnementaux. Il permet entre autres d’encourager l’économie locale, de créer des emplois, en plus de préserver le patrimoine agricole du Québec et de contribuer à la souveraineté alimentaire.

Sources:

(1) Institut de la statistique du Québec. Quantité et valeur mensuelles des importations1 internationales de pommes fraîches selon la provenance, Québec, 2008-20092 et août 2009 à juin 2010. [Page consultée le 8 août 2013]

(2) Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, 2011. Monographie de l’industrie de la pomme au Québec.

(3) Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec et l’Institut de la statistique du Québec, 2012. Profil sectoriel de l’Industrie horticole du Québec.