Skip to Content

Récolter pour l’hiver - Conserves, confitures et autres petits pots

Geste - Conserves de légumes

De nos jours, il est facile de consommer des aliments frais à l’année. Un tour à l’épicerie du coin suffit pour refaire le plein de fruits et légumes. Or, l’hiver ces denrées viennent souvent de loin, voyageant en moyenne plus 2500 km du champ à l’assiette.

Le transport de toutes ces denrées est ainsi responsable d’importantes émissions de gaz à effet de serre (GES).

Il existe des alternatives intéressantes qui ne datent pas d’hier : les conserves, les marinades et les confitures, la congélation et la déshydratation (aliments séchés). Des façons simples d’économiser, de préserver saveurs et valeurs nutritives et d’éviter les aliments commerciaux transformés qui contiennent souvent des taux élevés de sucres, de sels, de colorants artificiels et d’agents de conservation…

Avantages

Même s'ils nécessitent un peu plus de temps et de préparation, les conserves, confitures et autres petits pots délicieux sont appréciés par tous et offrent de nombreux avantages

  • Ils permettent d'éviter le gaspillage de nos fruits et légumes
  • Ils aident à réduire l'emballage commercial
  • Ils constituent une réserve de nourriture saine
  • Leur réalisation peut constituer une activité agréable en famille, entre amis ou voisins
  • Ils font de très beaux cadeaux

Pour en profiter au maximum, visitez les marchés publics, surveillez bien les récoltes et les ventes, et acheter de bonnes quantités de produits locaux, frais, idéalement biologiques et à bas prix.

Les conserves, les marinades et les confitures

Comme le savaient nos grands-mères, cuire et conserver des aliments dans des flacons hermétiques en verre permet de les entreposer pendant près d’un an. Les petits fruits sont un délice en confitures. Les cornichons, oignons, betteraves et poivrons se transforment en excellentes marinades, ketchups ou chutneys. Et la sauce tomate maison est un atout essentiel pour les repas de dernière minute.

Recettes

De nos jours, il est facile de trouver des recettes correspondant à nos goûts et à nos besoins : une simple recherche sur Internet, un petit tour à la bibliothèque... Les fermiers de famille, leurs  partenaires et quelques chefs québécois renommés vous proposent aussi des recettes à réaliser avec le contenu de leurs paniers :

Pour réussir ses conserves, marinades et confitures, il faut s’équiper notamment de bocaux de qualité et suivre attentivement le processus de stérilisation, comme le temps de stérilisation de chaque aliment, afin de respecter les normes de sécurité alimentaire.

Conseils pratiques de stérilisation

  • Il est plus facile de préparer les aliments acides (comme les fruits, les marinades, le chutney, etc.) car les bactéries néfastes sont éliminées en faisant bouillir les pots;
  • Si vous vous lancez dans la conservation d’aliments non acides, comme les conserves de viandes et de poissons, les soupes et les sauces, équipez-vous d’un autoclave, aussi appelé autocuiseur ou presto : ce récipient à parois épaisses et à fermeture hermétique est parfait pour chauffer les bocaux à une température supérieur à 116°C;
  • Si vous avez bien fait votre travail, le couvercle des pots devrait être « aspiré » vers l’intérieur du bocal en refroidissant. S’il gonfle, la stérilisation n’a pas réussi; il faut alors recommencer ou consommer le produit très rapidement et le garder au froid.

La congélation

Beaucoup de fruits, légumes, viandes et poissons peuvent aussi se conserver congelés, tels quels pour les transformer ensuite en jus, gâteaux, potages ou autres, ou encore déjà cuisinés pour vos lunchs ou repas prêts à manger. Utilisez des contenants réutilisables hermétiques de qualité. Vous économiserez encore plus d’énergie si votre congélateur est dans un endroit non chauffé et bénéficie de la fraîcheur de l’hiver.

La déshydratation (aliments séchés)

Les aliments séchés ont de nombreux avantages : ils sont riches en vitamines, ne contiennent pas de matières grasses, se conservent longtemps et ont un goût savoureux. En plus des traditionnels fines herbes et raisins secs, il est tout à fait possible, grâce à un déshydrateur, de préserver de nombreux aliments : les tomates, les pommes, les poires et les bleuets deviennent ainsi d’excellentes collations santé ou agrémentent salades et desserts. On peut même y faire déshydrater de la viande et faire soi-même des craquelins à base de graines comme le lin. Comme pour l’autoclave nécessaire aux conserves, il est important de choisir un déshydrateur de qualité.

L’entreposage

Plusieurs des options présentées se conservent relativement facilement, à la température de la pièce. Toutefois, il est toujours mieux de protéger ses aliments en les gardant au frais et en limitant l’exposition à la lumière qui peut dégrader les vitamines. Si vous avez une maison avec un sous-sol, ou prévoyez faire construire une maison avec un sous-sol, vous pouvez réserver un emplacement qui sera tenu frais, sombre et sec : une chambre froide comme on en retrouvait autrefois dans toutes les maisons...

Bonne chance dans vos projets, amusez-vous bien et partagez vos réussites!

la chambre froide

Bonjour, Juste un petit commentaire au sujet de la chambre froide qui doit être oui, un endroit frais et sombre, mais HUMIDE ! L'humidité idéale pour la conservation des racinages est autour de 80% et près de 3C pour la température... Un endroit sombre, frais et sec est indiqué pour les conserves en pots.

Merci pour ces précisions!

On en prend bonne note!