Skip to Content

Mange-t-on plus local qu’on ne le pense dans les services de garde du Québec?

Depuis quelques années, la consommation locale suscite un grand engouement. Cette pratique est encouragée par l’augmentation de la visibilité des produits québécois
grâce, entre autres, au logo « Aliments du Québec » et au développement des réseaux de distribution alternatifs et des circuits courts, où les produits locaux
sont à l’honneur. Cette tendance est également présente sur le marché institutionnel où l’alimentation locale a bénéficié d’un climat politique favorable, marqué
par l’adoption de plusieurs politiques et cadres de références encourageant cette pratique. D’ailleurs, depuis 2012, à travers son projet Croqu’Plaisir – Saveurs
locales au menu des services de garde, Équiterre accompagne une soixantaine de services de garde de la Montérégie dans leurs démarches en alimentation locale.
Il existe donc un contexte favorable à l’augmentation de la part des achats locaux en fruits et légumes dans les institutions.

Parmi les barrières à cette croissance, le prix est souvent identifié par les milieux comme principal frein à l’achat. Les recherches comparant les paniers de consommation
des ménages ne sont pas unanimes dans leurs conclusions. Toutefois, ces recherches portent sur les produits achetés chez les détaillants par les ménages
et non sur les achats des institutions. Ainsi, le secteur institutionnel resterait à être mieux documenté pour valider le prix des fruits et légumes, ce qui permettrait
de découvrir s’il s’agit réellement de la barrière importante à l’achat local.

Consultez le rapport complet en PDF

Fichier attachéTaille
Mange-t-on plus local qu’on ne le pense dans les services de garde du Québec?.pdf1.76 Mo