Skip to Content

Un pas dans la bonne direction du fédéral pour soutenir les travailleurs.ses de l’industrie pétrolière et gazière

workers-448x216.jpg

 Il y a quelques semaines, Équiterre lançait une offensive, en collaboration avec d’autres groupes de la société civile pour assurer une transition juste dans l’industrie pétrolière et gazière du pays, qui incluait entre autres des mesures pour soutenir adéquatement les travailleurs.ses face à la crise. Et nous avons été entendus!

Plusieurs citoyens ont joint leurs efforts aux nôtres et ont envoyé une lettre à nos élus. Leur engagement et leur geste ont porté fruit puisque le gouvernement fédéral s’est montré réceptif à nos demandes, en annonçant vendredi une série de mesures qui jettent les bases d’une transition plus juste. Nous tenons d’ailleurs à remercier tous ceux qui ont participé à cette initiative!

Bien que nous attendions un plan plus détaillé, l’annonce du premier ministre Justin Trudeau constitue un pas dans la bonne direction pour augmenter la résilience du Canada et enclencher la transition plus juste et écologique dont nous avons besoin.

Voici quelques éléments importants de cette annonce vendredi dernier :

La création d’emplois durables : pour nettoyer des puits orphelins

Une transition juste passe par la création d’emplois durables pour les travailleurs dans l'industrie pétrolière et c’est ce que proposent les nouvelles mesures, investissant 1,7 $ milliards de dollars pour réhabiliter des puits de pétrole orphelins et inactifs dans l’ouest du pays. Une situation gagnant-gagnant pour les travailleurs.ses et l’environnement!

Mais un puits orphelin, qu’est-ce que c’est exactement?

Depuis de nombreuses années, il faut savoir que plusieurs puits de pétrole et de gaz ont été abandonnés par leurs propriétaires avant qu’ils puissent être nettoyés et décommissionnés comme il faut. On les dit donc « orphelins » puisque les développeurs sont introuvables ou n'ont pas les moyens de payer pour un nettoyage approprié. Un puits inactif, quant à lui, appartient à une compagnie profitable, mais qui néglige de payer le nettoyage de ses opérations.

Équiterre accueille donc favorablement ces investissements qui imposeront du même coup une réglementation plus sévère aux provinces productrices d’énergies fossiles. Une réglementation solide empêcherait que les aberrations environnementales que constituent ces puits se répètent à l’avenir.

Le gouvernement a dit vouloir respecter le principe du « pollueur-payeur », mais plusieurs questions demeurent à ce sujet :

  • Est-ce que la réglementation imposée permettra d’empêcher que le nombre de puits inactifs et orphelins qui ne sont pas nettoyés continue d’augmenter?
  • À plus long terme, le nettoyage sera-t-il financé par l’industrie afin que ce ne soient pas les contribuables qui soient pris avec la facture?
  • Quelle sera la proportion de ce financement allouée aux puits inactifs (non orphelins)? Dans ce cas, ce sont les compagnies propriétaires des puits inactifs qui devraient payer, pas les Canadiens et Canadiennes.

Nous suivrons la situation de très près!

Des investissements pour encourager les entreprises à réduire les émissions de méthane

Quant aux 750 millions alloués aux entreprises pour réduire leurs émissions de méthane, annoncé également vendredi dernier par le gouvernement fédéral, Équiterre souligne l’impact positif que cette décision aura pour l’environnement. Rappelons que les émissions de ce gaz au potentiel de réchauffement très élevé continuent d’augmenter partout dans le monde.

L’importance de la transparence : Ce n’est pas aux Canadiens et Canadiennes de payer

Nous répétons toutefois que les contribuables canadiens ne devraient pas payer, à travers des garanties de prêt ou du crédit fournies par Exportations et développement Canada et la Banque de développement du Canada, pour des projets fossiles non-viables économiquement et environnementalement. Le gouvernement a d’ailleurs réduit la transparence à laquelle sont soumises ces institutions au début de la crise de la COVID-19. Nous lui demandons de revoir sa position et de revenir à la pleine transparence quant à l'utilisation de l'argent public.

Afin de soutenir les emplois à long terme, ces fonds devraient plutôt être alloués directement aux travailleurs et travailleuses pour qu’ils puissent se réorienter vers des industries compatibles avec l’engagement du Canada d’atteindre le zéro émission nette d’ici 2050.

Et maintenant?

Soyez assurés que nous continuerons de suivre la situation, notamment lors du dépôt du budget fédéral 2020. Avec l’aide de la population, tous ensemble, nous pourrons nous assurer que la relance économique sera juste pour tous et nous assurera un avenir plus résilient et durable.

Flux d'information :