Skip to Content

Plus de véhicules électriques produits en Ontario: une nouvelle prometteuse qui doit être appuyée par des politiques plus ambitieuses

MONTRÉAL, 8 octobre 2020 - Équiterre se réjouit de l’investissement des gouvernements ontarien et fédéral dirigé vers l’usine Ford d’Oakville, qui permettra au pays de relancer son industrie automobile: un secteur en déclin depuis 20 ans. Cette annonce devra toutefois s’inscrire dans un plan d’électrification plus large pour atteindre son plein potentiel.

«Cette annonce ne réglera pas tous les problèmes liés à la croissance des émissions de GES du secteur des transports, mais c’est réjouissant de savoir que le Canada ne souhaite plus simplement regarder passer la parade dans la fabrication des véhicules zéro émission (VZÉ). On doit maintenant s’assurer qu’il y aura aussi des acheteur.se.s et que les infrastructures de recharge suivront partout au pays », déclare Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre.

À l’heure actuelle, 0,5% des véhicules construits au Canada sont électriques, soit plus de 80% sous la moyenne mondiale d’environ 3%. Cet investissement permettra au pays de rattraper son retard dans un marché international qui a déjà pris une avance considérable.

Accélérer la transition grâce au système de redevance-remise

 

Dans la foulée de cette annonce, Équiterre dévoile un rapport démontrant qu’un système de redevances-remises à coût nul pour les Canadien.ne.spermettrait d’agir intelligemment pour réduire les émissions des véhicules légers au Canada sans toutefois ajouter de fardeau supplémentaire sur les finances publiques, déjà mises à mal par la pandémie de COVID-19.

« L’annonce moussera l’offre de véhicules électriques au pays, ce qui est une excellente nouvelle. Par contre, pour augmenter la demande pour les VZÉ, un système de redevance-remise a le potentiel de lutter sur deux fronts de manière efficace», explique Andréanne Brazeau, analyste en mobilité chez Équiterre.

«En plus de s’autofinancer, un tel système décourage l’achat de véhicules énergivores, qui connaissent présentement une popularité effarante et annulent les réductions de GES réalisées par les véhicules électriques, tout en contribuant significativement à la transition vers des voitures plus propres », ajoute-t-elle.

Équiterre est d'avis qu’en plus d’intégrer cette mesure, le gouvernement fédéral doit aussi rapidement se doter d'une stratégie structurante s’il souhaite atteindre ses objectifs de réduction de GES. Il doit entre autres…

...réduire la dépendance à l’auto solo
...favoriser la mobilité active et le transport collectif
...décarboniser le secteur des camions mi-lourds et lourds

-30-

Pour plus d’informations :

Anthony Côté Leduc
Chargé des relations médias, Équiterre
514-605-2000, acoteleduc@equiterre.org