Skip to Content

Le sentiment que tout va bien

Blog - Sidney Ribaux

Nous avons un problème. Si vous me lisez, je présume que vous partagez certaines prémisses avec moi: le climat se réchauffe, c’est principalement à cause des activités humaines et il est urgent d’agir. Or, je ne vous apprends sans doute rien en vous disant que nous sommes encore trop peu à croire à ces trois affirmations.

En fait, selon un sondage réalisé par l’Institut Environics, 85% des Québécois sont d’accord avec la première affirmation et 65% avec la seconde. Toutefois, selon un autre sondage mené par Canada 2020, seulement 33% des Québécois croient qu’il est urgent d’agir. C’est là où le bât blesse.

Ainsi, bien que nous ayons compris que les changements climatiques sont une réalité et que près des deux tiers des Québécois reconnaissent que ce sont les activités humaines qui en sont la cause, seulement 33% d’entre nous sommes très préoccupés par l’enjeu et ont donc, peut-être, le sentiment qu’il est urgent d’agir.

De façon plus générale, l’environnement est relégué dans la plupart des sondages à la 3e ou 4e place par les temps qui courent. L’économie (la création d’emplois et la relance de l’économie) trône toujours en première place, suivie par la santé et, parfois, la bonne gouvernance.

Ainsi, même parmi le tiers des Québécois qui se disent très préoccupés par les changements climatiques, la plupart d’entre eux préfère que le gouvernement s’occupe de créer des emplois et de désengorger les urgences.

La bonne nouvelle: les jeunes sont non seulement plus susceptibles de croire à la science des changements climatiques, mais ils croient aussi qu’il est possible de faire une transition vers une économie verte. Le temps est donc de notre côté.

Enfin, lorsqu’on se compare, on se console. C’est au Québec que la fibre environnementale à l’égard des changements climatiques est la plus forte en Amérique du Nord.

De toute évidence, il nous reste beaucoup de sensibilisation à faire. Dimanche prochain, le 2 février, je serai donc à la 60e édition du Carnaval de Québec avec Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki, Georges Laraque et des anciens des Nordiques de Québec pour un match de hockey extérieur amical, dans le cadre de la Classique « Protégeons nos hivers ».

La liste complète des événements en environnement est disponible sur le site internet de la Maison du développement durable.

J’espère que vous serez des nôtres pour l’une de ces activités et que vous y inviterez un ami qui a le sentiment que tout va bien…