Skip to Content

Réaction d’Équiterre à la suite de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Durban, en Afrique du Sud

Durban, Afrique du Sud, 20 décembre 2011 - Steven Guilbeault, coordonnateur général adjoint d’Équiterre, a réagi en ces termes à la suite de la fin de la 17e Conférence des parties :

« Une entente historique était à notre portée à Durban, mais les efforts combinés des États-Unis, du Canada et du Japon ont miné les chances d’arriver à des résultats positifs. Nous quittons cette conférence avec une entente qui n’en fait pas assez pour nous éloigner d’une augmentation des températures de 4 degrés Celsius, une augmentation qui nous mènera vers des changements climatiques dangereux.

Lors des deux dernières semaines, nous avons été témoins d’avancées importantes, comme la création d’un nouveau bloc de négociateurs plus progressiste, composé de l’Alliance des petits États insulaires, les pays les moins développés ainsi que l’Union européenne, qui a mis de l’avant des propositions permettant de garder la température globale sous les 2 degrés Celsius. »