Skip to Content

Réaction d’Équiterre au budget - Une occasion manquée de se démarquer

Québec, le 19 mars 2009 – Équiterre considère que le budget proposé par Madame Jérôme-Forget ne reflète pas les ambitions énoncées par le Premier ministre Charest lors de son discours inaugural, de faire du Québec un leader en matière de développement durable.
Le Premier ministre Jean Charest déclarait « (…) Il y a aussi une crise environnementale. J'ai la profonde conviction que cette double crise déclenchera la véritable révolution du développement durable. Un monde meilleur en émergera, et le Québec y contribuera ». Or, selon Steven Guilbeault d'Équiterre « le budget de Madame Jérôme-Forget ne parvient pas à démarrer la révolution évoquée par Monsieur Charest ».

Le budget de Madame Jérôme-Forget contient tout de même quelques bonnes nouvelles telles qu'une augmentation de 8,7 % du budget du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP), une augmentation du nombre d'employés affectés à l'application de la réglementation environnementale, ainsi que le maintien du crédit d'impôts à l'achat de voitures hybrides et électriques.

Équiterre est par contre très déçu de constater qu'aucun volet écoénergétique n'a été ajouté au programme de rénovation domiciliaire annoncé lors de l'énoncé économique de janvier dernier. « On aurait pu profiter de l'occasion pour réduire de manière durable la facture d'énergie des consommateurs, surtout en période de crise économique », déplore Monsieur Guilbeault. « Toutefois, une mesure visant l'efficacité énergétique pour la construction de tous les nouveaux bâtiments publics a été mise en place, ce qui semble encourageant. Ces normes devront être de calibre international et s'appliquer à l'ensemble des investissements publics en infrastructure prévus dans les cinq prochaines années », commente Steven Guilbeault.

« Le présent budget confirme l'entêtement du gouvernement à investir dans certains projets routiers nuisibles, qui cristalliseront l'étalement urbain, engloutiront des dizaines de milliards de dollars et mobiliseront ressources et main-d'œuvre. Cela ne permet d'aucune manière au Québec de se positionner dans l'économie du 21e siècle pour l'avenir de la mobilité et de l'organisation spatiale sur le territoire du Québec », explique t-il.

« Équiterre voudrait croire à la vision du Premier ministre Charest selon laquelle le Québec porte l'idéal d'une nouvelle économie durable, mais il s'agit encore d'un idéal, que le présent budget de la ministre des Finances ne permet pas de concrétiser », conclut Steven Guilbeault.

- 30 -

Source :
Eveline Trudel-Fugère
Équiterre
514-605-2000
etfugere@equiterre.org

Flux d'information :