Skip to Content

Une alliance transatlantique se forme contre le projet GNL/Gazoduq au Canada et le projet LNG Stade en Allemagne

Québec/Stade/Berlin, 5 juillet 2021 - 22 organisations allemandes et 18 canadiennes s'associent pour former une alliance transatlantique et exiger l’arrêt immédiat de deux grands projets de gaz naturel liquéfié (GNL), le projet GNL/Gazoduq en Amérique du Nord et le projet Hanseatic Energy Hub en Europe.

En juin 2021, la compagnie GNL Québec qui vise à développer une usine de liquéfaction et un port méthanier à Grande-Anse au Saguenay a annoncé le lancement d'un partenariat stratégique avec Hanseatic Energy Hub, une entreprise qui vise à construire le terminal d'importation de GNL Stade dans le Nord de l'Allemagne. Le projet de GNL/Gazoduq a une capacité d'exportation projetée d'environ 15 milliards de mètres cubes par année (Gm3/an) de GNL tandis que les plans actuels de GNL Stade prévoient une capacité de regazéification de 12 Gm3/an. Les deux projets souhaitent être opérationnels au plus tôt d'ici 2026.

Cette coalition de groupes environnementaux dépeint le fragile partenariat entre les deux projets potentiels comme une « entrave majeure à la transition énergétique », une « bombe climatique » et une « honte nationale et internationale » pour les gouvernements qui refusent encore de leur fermer la porte. Le projet de GNL/Gazoduq vise l’expansion de la production de gaz fossile non conventionnel dans les provinces de l’Ouest et son exportation vers les marchés internationaux. Pour rappel, cette technique de production d’hydrocarbures non conventionnelle est la fracturation hydraulique : elle peut contaminer les sources d'eau potable, entraîner d'importantes émissions et fuites de méthane et même provoquer des tremblements de terre.

Les différentes organisations de la coalition citent des préoccupations climatiques, environnementales et économiques contre les deux projets. En février 2021, plus de 30 groupes et ONG d'Europe et du Canada ont signé une lettre exhortant les promoteurs de LNG Stade d’abandonner le projet.

CITATIONS


Sascha Müller-Kraenner, Directeur général chez Environmental Action Germany, a déclaré :
« L'Allemagne est plus que suffisamment connectée au marché européen et international du gaz. Construire davantage d'infrastructures fossiles est incompatible avec les objectifs allemands de protection du climat ainsi qu’avec nos obligations climatiques internationales en vertu de l'Accord de Paris. Nous ne pouvons pas amorcer une réelle transition énergétique en construisant de nouvelles infrastructures fossiles dont la durée de vie va bien au-delà du point auquel nous devons avoir décarbonisé notre économie. Sinon, nous risquons de nous enfermer dans les énergies fossiles et ainsi accélérer encore la crise climatique mondiale. Au lieu de cela, nous devons maintenant accélérer le déploiement des énergies renouvelables. Cela doit désormais être au centre des préoccupations des gouvernements allemand et canadien. »

Heiner Baumgarten, président régional des Amis de la Terre Basse-Saxe, a ajouté :

« Malgré ce que les partisans du GNL affirment, nous avons maintenant la preuve que le gaz qui sera importé sous forme de GNL à Stade proviendra de la fracturation hydraulique, une technique de production du gaz qui est particulièrement nocive pour l'environnement et le climat. Le gouvernement de Basse-Saxe rejette la fracturation en Basse-Saxe et la fracturation hydraulique du gaz de schiste est interdite en Allemagne. À cet égard, il serait contradictoire et hypocrite d'importer du gaz de fracturation. »

Des groupes allemands soulignent également les faibles taux d'utilisation des terminaux méthaniers existants en Europe et font référence à une étude d'experts juridiques publiée par Environmental Action Germany qui souligne que le terminal méthanier de Stade ne devrait pas obtenir d'autorisation en raison des risques qui s'accumulent à l'emplacement prévu et qui représentent des dangers potentiels, notamment une installation de stockage nucléaire temporaire et un parc chimique à proximité. En raison de la complexité de la capacité de navigation sur place, le terminal de GNL constitue également une menace pour les réserves naturelles à proximité et l'Elbe en tant que voie navigable importante.

« Les Allemands ne veulent pas de notre gaz de fracturation sale, et à juste titre, nous sommes tout à fait d'accord avec eux. Exporter ce GNL ralentirait la transition énergétique en Europe et, on le sait, la crise climatique est un problème international et ne connaît pas de frontière : nous serions collectivement confrontés aux conséquences de ces projets potentiellement dévastateurs, ont déclaré les groupes canadiens, appelant le gouvernement Legault dans la province de Québec de rejeter finalement et définitivement le projet en ruine d'Énergie Saguenay. L'opposition grandit des deux côtés de l'océan et l'acceptabilité sociale des deux projets ne cessera de baisser à mesure que de plus en plus de personnes du monde entier se joindront à l'opposition contre l'exploitation des combustibles fossiles. »

SIGNATAIRES

Au Canada:

Alternative Bécancour, Coalition étudiante Arrêtons GNL, Coalition Fjord, Comité citoyen carboneutre de la MRC de Maskinongé, Comité Vigilance Hydrocarbures Lavaltrie, Comité Vigilance Hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé, Eau Secours, Équiterre, La Planète s'invite au Parlement, La planète s'invite en Mauricie Centre-du-Québec, Mères au front, Mobilisation climat Trois-Rivières (MCTR), Mouvement LittOralement citoyen inacceptable, Nature Québec, New Brunswick Anti-Shale Gas Alliance, NON à une marée noire dans le Saint-Laurent, Prospérité Sans Pétrole, Regroupement vigilance hydrocarbures Québec

En Europe:

Abgefrackt Bündnis Weidener Becken gegen Fracking, Aktionsbündnis No Moor Fracking, Andy Gheorghiu Consulting, Arbeitskreis Fracking Braunschweiger Land, ARGE Umweltschutz Haseldorfer Marsch, Berliner Wassertisch, BI NO Fracking Völkersen, BI Walle gegen Gabohren, Bürgerinitiative Flecken Langwedel gegen Gasbohren, Bürgerinitiative "Saubere Umwelt & Energie Altmark’’, Climate Alliance Against LNG, Climáximo (Portugal) , Environmental Action Germany, Fossil Free Munic, Fracking Freies Hessen, Friends of the Earth Lower Saxony, Interessengemeinschaft gegen Gasbohren im Tecklenburger Land, NaLaKiZu Bürgerstark, Umweltschutzverein pro grün e. V. Paderborn, NoMoorGas Bürgerinitiative, Urgewald, Wesermarsch ohne bohrtürme, WUG Wittorf

-30-

Pour plus d'informations

Anthony Coté-Leduc, Relations médias, Équiterre
514 605-2000, acoteleduc@equiterre.org

Camille-Amélie Koziej Lévesque, co-porte-parole, Coalition Fjord
+1 418 550-3235 ; comm.fjord@gmail.com

Andy Gheorghiu, Contact en Allemagne
+49 160 20 30 974, andy.gheorghiu@mail.de

Flux d'information :