Skip to Content

Masques et gants à la poubelle: beaucoup de questions, quelques réponses

masque-448x216.jpg

Depuis le début de la présente crise sanitaire, vous avez fort probablement remarqué la présence de déchets liés à la COVID-19 dans votre quartier, entre autres plusieurs masques abandonnés. Vous êtes nombreux à nous faire part de vos inquiétudes sur cette problématique et à vous avouer soucieux de cette recrudescence d’intérêt pour les produits à usage unique.

Tentons donc d’y voir plus clair ensemble, sous forme de questions et de réponses:

Question: Doit-on tirer la sonnette d’alarme concernant les produits jetables liés à la pandémie? Peut-on déjà parler d’un désastre environnemental?

Réponse: Il est vrai qu’on remarque plus particulièrement ces nouveaux déchets ces derniers temps. Par contre, nous n’avons pas encore toutes les données sur où ils se retrouvent une fois l’utilisation terminée.

Est-ce que ça veut dire qu’il ne faut pas dénoncer leur prolifération? Au contraire! Attaquons-nous au problème tout de suite et, SURTOUT, proposons des alternatives plus durables.

Question: Quel niveau d’inquiétude devrait-on avoir concernant l'utilisation de masques et gants jetables par la population en général?

Réponse: Chez Équiterre, ce qui nous inquiète particulièrement, c’est cette perception selon laquelle le jetable est nécessairement plus «sécuritaire» et plus intéressant sanitairement que les produits réutilisables, alors que ce n’est pas toujours le cas. On ici bien sûr de leur utilisation par monsieur-madame tout le monde et non par le personnel en santé (voir question plus bas).

Que le masque soit donc réutilisable ou jetable, la contamination peut se produire sur n’importe quelle surface. La clé, c’est donc de respecter les règles d’hygiène de base: se laver les mains de la bonne façon de même que laver et manipuler son masque réutilisable en suivant les directives sanitaires.

Pour ce qui est des gants, leur usage dans la population générale a été critiqué par la santé publique...encore une fois, nous devons suivre leurs consignes, mais cela implique que l’information juste parvienne aux citoyens et que des efforts importants soient donc mis en oeuvre en ce sens.

Question: Plusieurs entreprises confectionnent désormais des masques réutilisables. L'engouement pour ces produits est encourageant, mais y a-t-il un danger de surconsommation?

Réponse: Chez Équiterre, nous prônons toujours d’abord et avant tout la réduction des déchets à la source.

On préfère donc qu’il y ait de l’engouement pour des produits réutilisables que jetables dans la mesure où on respecte les règles sanitaires et qu’on fait tout pour prolonger leur cycle de vie et diminuer leur empreinte environnementale. Comment? En faisant leur entretien de la bonne façon, en les réparant lorsqu’ils brisent ou les fabriquant avec des matériaux recyclés, par exemple.

Question: De nombreuses inquiétudes subsistent aussi quant aux déchets issus des milieux hospitaliers. La disponibilité et l'utilisation de matériel de protection lavable ou réutilisable dans les milieux de soins devrait-elle nous préoccuper?

Réponse: Oui c’est très préoccupant. Les solutions existent tant au niveau individuel qu’institutionnel. Que ce soit des blouses lavables, des méthodes pour désinfecter et réutiliser certains types de masques, des alternatives s’offrent déjà et d’autres risquent d’émerger au cours des prochains mois et prochaines années.

On est toutefois conscient que ces solutions ne sont pas toutes pour le moment disponibles ou accessibles et il faut y voir. Le personnel de la santé en a beaucoup sur les épaules présentement et il ne faut pas leur ajouter un fardeau supplémentaire et les culpabiliser de ne pas utiliser quelque chose à laquelle ils n’ont pas accès.

Il faudra qu’on soit tous mieux préparés si une autre crise du genre nous frappe dans l’avenir. Chez Équiterre, on est d’avis qu’une hygiène sanitaire exemplaire n'exclut pas une gestion responsable des déchets...même en période de crise.