Aller à la navigation Aller au contenu

Actualité  •  6 min

4 choses à éviter pendant votre déménagement

Publié le 

actu2_juillet2_site_web.jpg

Bon nombre de Québécois et Québécoises passeront leur 1er juillet à déménager et ce n’est souvent pas une partie de plaisir. Stress, épuisement, et manque de temps... nous font parfois oublier nos convictions environnementales. Pourtant, il est possible de s’organiser pour réaliser un déménagement qui aura moins d’impacts sur la planète.

La quantité d’objets et de produits toxiques dans nos rues à cette période de l’année ne fait aucun sens dans le contexte de crise climatique et de surutilisation des ressources naturelles que nous affrontons. Rien qu’à Montréal on parle de 50 000 tonnes d'objets de tout genre qui doivent être ramassées à cette occasion - une grande quantité d’entre eux sont loin d’être à la fin de leur vie utile.

Les mots-clés : réduction et réemploi. Gardez vos meubles, appareils et électroménagers d’un logement à un autre est bon pour vos portefeuilles et bon pour la planète. Et lorsque ce n’est pas possible, pensez au tri : donnez ou vendez ce qui est encore en bon état - vous allez faire des heureux et des heureuses. Pour tout ce qui reste, assurez-vous de les acheminer dans les lieux appropriés!

Bref, un peu plus de temps pour vous organiser peut avoir un gros impact!
Tous ces conseils s’appliquent aussi le reste de l’année et votre ménage du printemps.

4 CHOSES À ÉVITER QUAND VOUS DÉMÉNAGEZ

NE PAS #1 : Priver vos vieux objets d’une deuxième vie

Le déménagement est souvent un moment opportun pour se séparer des affaires qu’on n’utilise plus, mais ça ne veut pas dire qu’il faut les abandonner. Un grand nombre de nos objets peut avoir une deuxième vie (et parfois même plus!).

Solutions :
- Pensez au réemploi : proposez vos meubles à vos proches ou à des jeunes qui déménagent dans leur tout premier appartement. Prévoyez une vente de garage ou publiez une annonce sur des sites de biens à donner ou à vendre. Votre vieille radio ne fait peut-être plus l’affaire pour vous, mais elle peut être utile à quelqu’un d’autre.
D’ailleurs, le site d’annonces LesPAC remet 1 $ à Équiterre pour chaque annonce publiée sur son site jusqu’au 31 juillet. Une bonne excuse d’afficher votre annonce, mais le bonheur de l’acheteur-se et l’argent que vous allez ramasser vont tout aussi valoir la peine!

- Faites-en dons à des œuvres caritatives. Beaucoup de familles à faible revenu sont aussi en train de déménager et vos vieux rideaux pourraient faire toute une différence pour elles! Mais attention, certains services spécialisés dans la revente de biens usagés sont submergés de dons durant la période de déménagement. Faute d’espace, ils doivent parfois refuser des dons et donc jeter des meubles et des objets en bon état alors qu’ils auraient pu être réutilisés.
Faire un don n’est donc pas une excuse pour aller acheter des objets neufs pour votre nouveau logement. Si vous souhaitez rafraîchir votre décor, pensez à récupérer les objets d’autres personnes pour leur donner une deuxième vie. Il y a d’ailleurs de grandes quantités de meubles et d’objets d’occasion sur les petites annonces à cette période de l'année!

NE PAS #2 : Abandonner vos électros sur le coin d’une rue

Vous pouvez être tentés-es de mettre vos vieux appareils électroménagers sur le trottoir, pourtant ils n’y ont pas leur place, surtout les appareils réfrigérants (réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs, déshumidificateurs et autres appareils avec fonction de refroidissement).
Ces derniers sont remplis d'halocarbures, des gaz à effet de serre qui contribuent aux changements climatiques. Recyc-Québec estime qu'un vieux frigo peut contenir jusqu'à l'équivalent de 3,5 tonnes de CO2. Cela correspond aux émissions moyennes d’une voiture qui roule 17 000 km. Pensez à cela avant de mettre à la rue un frigo encore utilisable!

Si vous mettez vos électroménagers sur le bord du chemin en pensant que des gens viendront les ramasser pour les ramener chez eux, sachez qu'ils peuvent parfois être endommagés entre-temps (par exemple par la pluie). Aussi, ils peuvent être récoltés par des personnes qui n'utiliseront que certaines parties de la machine et se débarrasseront du reste (et pas nécessairement d'une manière respectueuse pour l'environnement).
Si votre machine est toujours en état de marche, trouvez lui une nouvelle maison pour lui donner sa deuxième (ou troisième!) vie.

Vos appareils électroniques (cellulaires, ordinateurs, etc.) qui dorment dans vos tiroirs peuvent aussi être réemployés, et parfois réparés. Avant de vous en débarrasser, pensez aux coûts humains et environnementaux des matériaux de vos appareils ainsi qu’à leur toxicité quand ils ne sont pas recyclés proprement!

Solution :
Confiez vos vieux électros et appareils réfrigérants qui ne sont plus utilisables à un détaillant ou prévoyez une visite à l'écocentre. Cela peut aussi être l'occasion d'apporter du même coup vos autres objets qui sont rendus à l'étape du recyclage!
Pour vos frigidaires, visitez FrigoResponsable.
Pour vos appareils électroniques, visitez Quantum Lifecycle.

NE PAS #3 : Mettre au recyclage des matières qui ne sont pas.... recyclables!

Une quantité importante de matières résiduelles se trouve dans le bac de récupération alors que le système de collecte sélective n'est pas prévu pour les recycler! Le recyclage n’est pas l’avenue à privilégier pour se débarrasser de ses vieilles choses lorsqu’on ne sait pas exactement quoi faire avec...

Mettre des objets au recyclage alors qu’ils ne devraient pas y être nuit grandement aux activités des centres de tri : des cintres mis au recyclage peuvent ainsi endommager l’équipement.

En bout de ligne nos mauvaises habitudes de recyclage (pendant la période de déménagement ou autre!) engendrent des coûts : plus de temps passé par les employés-es des centres de tri à les retirer, et parfois même des risques pour leur santé (quand des seringues ou des bonbonnes de gaz propane s’y retrouvent).

Solution :
- Privilégiez les écocentres : téléphonez à votre municipalité pour trouver un écocentre ou vérifiez s’il y a une collecte spéciale.
- Consultez l’aide-mémoire de Recyc-Québec pour savoir quoi jeter où ou téléchargez l’application Ça va où.
- Pour vos cintres, apportez-les à la friperie s’ils sont en bon état, sinon à l’écocentre.

NE PAS #4 : Jeter vos produits toxiques comme on jette un sac de chips

Lors d’un déménagement, les produits dangereux et toxiques sont souvent laissés pour compte, pourtant il est impératif de ne pas les jeter sur le bord du chemin.

Solution :
Renseignez-vous auprès de votre ville pour connaître la façon écologique de disposer des résidus domestiques dangereux (huiles usées, peinture, médicaments périmés, piles, etc.) dans votre région. Voici un exemple pour la ville de Montréal.
Plusieurs quincailleries reprennent les pots de peinture, et vos médicaments périmés peuvent être rapportés à la pharmacie.

CE QUE VOTRE VILLE PEUT FAIRE

Équiterre croit que nos villes auraient tout à gagner à mettre en place des actions pour inciter le réemploi et l’adoption de bonnes pratiques de gestion des matières résiduelles pendant la période des déménagements en y intégrant, entre autres, la mise en place de collectes adaptées pour éviter que nos rues se transforment en dépotoirs!
Certaines municipalités proposent déjà des solutions inspirantes :

Écocentres mobiles : la ville de Québec a mis sur pied un service d’écocentres mobiles, qui effectue des collectes dans les quartiers les plus densément peuplés de la ville. Les matières acceptées sont principalement les résidus domestiques dangereux ainsi que les petits appareils électroniques et électriques. La prévisibilité des collectes est un atout pour susciter la participation.

Campagne de sensibilisation « Je déménage, je valorise » : depuis 2015, la Société pour l’action, l’éducation et la sensibilisation environnementale de Montréal (SAESEM) tient chaque année une campagne pendant la période du déménagement sous la thématique « Je déménage, je valorise ». Ses actions combinées de points de dépôt avec kiosques de sensibilisation à différents endroits stratégiques du centre-ville de Montréal et de collectes sur rue et à domicile sur demande ont permis de détourner 15 tonnes d’objets de l’enfouissement en 2015.

Subventions aux ressourceries : la MRC de Bellechasse et 10 municipalités de la MRC des Etchemins versent 125 $ la tonne à la Ressourcerie de Bellechasse pour les matières qu’elle récupère. Cette ressourcerie offre un service de collecte de porte en porte de meubles, de matelas et d’électroménagers. Lorsque cela est possible, ceux-ci sont remis en état et revendus.

Si vous voulez que votre ville mette en place ce type d’actions, écrivez à votre conseil municipal pour exiger une meilleure gestion des matières résiduelles vers le zéro déchet.

LA RÉDUCTION DE NOS DÉCHETS, UNE AFFAIRE DE TOUS ET TOUTES

Nous devons individuellement et collectivement repenser la manière dont nous nous organisons lors de nos déménagements : mettre nos vieilles affaires sur le trottoir et s’enfuir dans notre nouveau logement n’est pas la solution. Nous avons tous un rôle à jouer pour réemployer et valoriser ce qui existe déjà, pour faire de notre économie de plus en plus circulaire, juste et porteur de bonheur.

BON DÉMÉNAGEMENT!