Aller à la navigation Aller au contenu

Fiche

Comment gérer ses déchets électroniques et électriques?

Publié le 

Une consommation effrénée

Notre alarme sonne; une nouvelle journée commence. La machine à café se met en marche et le four ou le grille-pain prépare notre déjeuner. En route vers le bureau, nous écoutons notre musique sur notre téléphone intelligent.

Notre vie s’organise autour d’appareils électroniques et électroménagers dont nous faisons une consommation effrénée, car c’est la dure loi de l’obsolescence : à peine acheté, un produit est déjà dépassé.

Déchets dans la mer entourés de poissons

Découvrir les enjeux liés à nos modes de production

Que faisons nous, alors, de notre cafetière, de notre ordinateur dépassé ou de ce téléphone cellulaire qui fonctionne encore, mais qui n’a pas les nouvelles options si pratiques? Nous les mettons aux poubelles ou sur le trottoir, créant ainsi un problème environnemental sérieux.

Une menace pour l’environnement, l’économie et la santé

Des substances toxiques sont présentes dans les déchets électriques et électroniques et menacent la santé des populations vivant à proximité des lieux d’élimination ou y travaillant. Par exemple, selon une étude de 2019, le nickel, le plomb et le béryllium contenus dans nos téléphones intelligents sont des substances cancérigènes. Les déchets électriques et électroniques représentent 70 % des déchets dangereux qui se retrouvent dans les lieux d’élimination dans le monde.

Les Canadiens et Canadiennes produisent presque trois fois la moyenne mondiale de déchets électriques. Source: Global E-Waste Monitor

Enfin, le casse-tête des déchets électriques et électroniques est également un non-sens économique. Ces appareils renferment des ressources précieuses comme les métaux ferreux, l’aluminium et le cuivre, qui sont jusqu’à 10 fois plus coûteux à extraire qu’à recycler. Par ailleurs, le Programme des Nations unies pour l'environnement souligne que plusieurs métaux spéciaux nécessaires au développement des technologies propres sont en voie d’épuisement, faute de recyclage. Pourtant, au Québec par exemple, seulement 3 % des ordinateurs portables et des tablettes, et 9 % des téléphones sont recyclés.

🌎 Le saviez-vous?

On estime que la quantité de déchets électriques et électroniques générés dépassera 74 Mt en 2030. La quantité mondiale de ces déchets augmente à un rythme alarmant de près de 2 Mt par an.

Quel rôle pouvons-nous jouer?

En tant que consommateurs et consommatrices, nous pouvons agir concrètement pour limiter ce gaspillage :

Bien penser ses achats

S’informer avant l’achat sur les produits durables et réparables. Acheter ses appareils dans des magasins qui offrent des programmes de recyclage et reprennent les vieux appareils.

Changer ses habitudes de consommation

Réparer ses appareils, plutôt que de les remplacer. Acheter des produits usagés si possible.

Assurer un débaras ecolo

Donner ses vieux appareils encore en état de marche à des proches ou à des organismes de bienfaisance. Inciter vos élues et élus à créer des partenariats avec des entreprises de valorisation des déchets électroniques et électroménagers.

Femme dans un atelier réparant une roue de vélo

Allons plus loin! Exigeons des biens durables et réparables

Un projet porté par

Analyste, Réduction à la source