Aller à la navigation Aller au contenu

Communiqué de presse  •  5 min

Nouveau sondage: les Canadiens frustrés par les retards dans la lutte contre les changements climatiques

Publié le 

Une majorité réclame des mesures concrètes visant à établir un plafond sur les émissions produites par les entreprises du secteur du pétrole et du gaz, à éliminer progressivement les subventions relatives aux combustibles fossiles et à mettre en œuvre un plan de transition équitable;

Ottawa/Vancouver/Toronto/Montréal – Un nouveau sondage Abacus Data publié aujourd’hui confirme qu’une majorité de Canadiens (66 %) souhaite que le gouvernement libéral intègre des politiques climatiques dans son programme ou qu’il en adopte de plus rigoureuses. Alors que l’assermentation du nouveau Cabinet aura lieu d’ici la fin du mois, le sondage démontre que la majorité des Canadiens souhaite que le premier ministre Justin Trudeau suive l’exemple du président Biden aux États-Unis et respecte ses engagements en matière de climat dans les 100 premiers jours de son mandat.

Le sondage a également révélé qu’une majorité de Canadiens souhaite qu’au cours de cette période, le gouvernement libéral transcende les lignes de parti sur ces enjeux climatiques clés :

  • Soixante-cinq pour cent (65 %) des répondants souhaitent que les libéraux travaillent à la mise en place d’un plafond sur les émissions produites par les entreprises du secteur du pétrole et du gaz, la source d’émissions affichant la plus forte croissance au Canada.
    • Les électeurs libéraux (77 %), néo-démocrates (75 %) et bloquistes (74 %) appuient largement ce point de vue.
    • Les conservateurs étaient également plus nombreux à l’appuyer (47 %) qu’à s’y opposer (37 %).
       
  • Soixante-deux pour cent (62 %) des répondants veulent que le gouvernement établisse un plan pour mettre fin aux subventions provenant des contribuables versées à l’industrie pétrolière et gazière.
    • L’appui est semblable entre les électeurs libéraux (72 %), néo-démocrates (73 %) et bloquistes (73 %).
    • Les conservateurs étaient plus nombreux à l’appuyer (44 %) qu’à s’y opposer (36 %).
       
  • Soixante-cinq pour cent (65 %) des personnes interrogées souhaitent une mise en œuvre rapide du plan de transition équitable annoncé pour aider les travailleurs à prospérer dans une économie carboneutre.
    • Les électeurs libéraux (78 %), néo-démocrates (73 %) et bloquistes (73 %), et près de 50 % des électeurs conservateurs, ont appuyé cet énoncé.

« Les Canadiens ont voté pour une plus grande ambition et davantage d’actions en matière de climat; il est maintenant temps que le premier ministre Trudeau les écoute. Il n’y a pas de temps à perdre. Les lettres de mandat, qui seront bientôt émises par le premier ministre, et le discours du Trône doivent démontrer que le climat représente une priorité clé, a expliqué Caroline Brouillette, directrice des politiques nationales du Réseau action climat Canada. Les données scientifiques sont formelles : si nous voulons protéger la vie, les moyens de subsistance et les écosystèmes en limitant le réchauffement à 1,5 degré, le Canada doit accélérer ses efforts en matière de réduction des émissions. Nos collectivités et notre climat ne peuvent pas se permettre d’autres retards. »

« Le nouveau gouvernement a un mandat clair, ce qui lui donne l’occasion de tenir ses promesses en matière de climat, car la grande majorité des électeurs progressistes appuient une reprise post-pandémique qui repose sur des entreprises, des emplois, de la formation et des infrastructures axés sur les énergies renouvelables, ainsi que sur une réduction du soutien octroyé en lien avec les combustibles fossiles, a affirmé Seth Klein, chef d’équipe pour Climate Emergency Unit. « Le sondage révèle que le public a une longueur d’avance sur notre politique, et qu’il répond non seulement aux mesures promises contre les changements climatiques en disant “Faites-le!”, mais qu’une majorité dit “Faites-le plus rapidement et soyez plus ambitieux.” » En effet, même en Alberta, 52 % des répondants appuyaient l’imposition d’une limite des émissions produites par les entreprises du secteur du pétrole et du gaz, et le même pourcentage était en faveur de l’élimination des subventions accordées à l’industrie des combustibles fossiles. »

Au cours des dernières années, le rythme de l’action climatique n’a pas suivi celui auquel les changements climatiques touchent les gens et les collectivités partout au Canada. Le sondage révèle que de nombreux Canadiens sont frustrés que le premier ministre n’ait pas tenu plusieurs de ses promesses en matière de climat.

  • D’ailleurs, soixante et un pour cent (61 %) des répondants sont mécontents parce que le premier ministre Trudeau n’a pas encore pris les mesures adéquates pour tenir la promesse électorale de 2015 d’éliminer progressivement les subventions pétrolières et gazières.
    • Frustration chez les électeurs libéraux (59 %), néo-démocrates (74 %), bloquistes (75 %) et conservateurs (56 %)
       
  • Soixante pour cent (60 %) des personnes interrogées sont frustrées que le premier ministre Trudeau n’ait pas encore mis en œuvre le plan de transition équitable, promis pour la première fois en 2019.
    • Frustration chez les électeurs libéraux (54 %), néo-démocrates (72 %), bloquistes (72 %) et conservateurs (61 %)

Au Canada, des collectivités d’un océan à l’autre font les frais du réchauffement de la planète. L’Ouest canadien a battu plus de 100 records de température en raison de la vague de chaleur mortelle de cet été. Des centaines de personnes ont perdu la vie, des forêts ont été réduites en cendres et des milliers de personnes ont dû être évacuées en raison des feux de forêt. L’Arctique se réchauffe trois fois plus vite que la moyenne mondiale, et les changements climatiques épuisent les sources de nourriture des Premières Nations. Le dernier rapport du GIEC constitue une alerte rouge pour notre planète et souligne que les gouvernements du monde entier doivent faire davantage pour combattre la crise climatique de front.

« Le Canada est le seul pays du G7 dont les émissions ont augmenté depuis la signature de l’Accord de Paris. Pour renverser la vapeur, des mesures ambitieuses de lutte contre les changements climatiques doivent être mises en place dès maintenant. Le premier ministre Trudeau doit sans tarder tenir ses promesses en matière de climat afin de protéger nos collectivités et notre planète, a déclaré Liz McDowell, directrice des stratégies numériques et de campagne chez Stand.earth. Autrement, les discours audacieux des représentants du Canada au G20 ou à la COP26 ne constitueront que des paroles en l’air. »

« Les Canadiens ont renvoyé plus ou moins les mêmes députés à Ottawa pour faire avancer le dossier du climat. Tous les partis à la Chambre peuvent et doivent contribuer à faire avancer le programme législatif sur le climat. Espérons que les députés aient compris le message, qu’ils mettront maintenant de côté la politique partisane et travailleront ensemble au cours de la 44e législature », a ajouté Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales pour Équiterre.

En ce qui concerne les plans de relance post-pandémie du Canada, 65 % des personnes interrogées souhaitent que le Canada investisse davantage dans les entreprises, les emplois, la formation et les infrastructures axés sur les énergies renouvelables, et que le soutien octroyé à l’industrie des combustibles fossiles soit réduit.

  • Les électeurs libéraux appuient ce point de vue à 76 %, les néo-démocrates à 74 %, les bloquistes à 66 %, et les conservateurs à 51 %.
  • Les Albertains appuient ce point de vue à 55 %.
  • Cinquante-neuf pour cent (59 %) des répondants estiment que le gouvernement ne devrait pas dépenser plus de 12,6 milliards de dollars, soit l’estimation actuelle du montant nécessaire pour achever le projet d’expansion de TransMountain.

No More Delays est appuyé par SumofUs, Stand.earth, Climate Emergency Unit, Équiterre, Greenpeace Canada, Conseil des Canadiens, Lobby climatique des citoyens Canada, Climate Reality Project Canada, Leadnow et Réseau action climat Canada - Climate Action Network Canada (CAN-Rac Canada)

Pour plus d'informations : 

Anthony Côté Leduc, relations médias, Équiterre
514 605-2000, acoteleduc@equiterre.org

Ziona Eyob, directrice des médias - Canada, Stand.earth,
canmedia@stand.earth, c : +1-604-757-7279