Aller à la navigation Aller au contenu
Tracteur répandant des pesticides dans un champ

Complété

Pesticides

Militer pour un environnement sain, dénué de pesticides et de produits toxiques

De 2011 à 2019, Équiterre et ses partenaires ont mené une vaste campagne appuyée par des outils juridiques, interventions publiques et appui de la population, pour interdire, au Québec et au Canada, l’usage des pesticides jugés dangereux pour la santé et l’environnement.

Le défi à relever

De 2011 à 2019, Équiterre et ses partenaires ont mené une vaste campagne appuyée par des outils juridiques, interventions publiques et appui de la population, pour interdire, au Québec et au Canada, l’usage des pesticides jugés dangereux pour la santé et l’environnement.

Nous avons mis en lumière:

  1. les dangers de plus en plus validés scientifiquement pour la santé humaine et pour l'environnement de plusieurs pesticides utilisés couramment dans notre agriculture;
  2. l'inquiétude face à leur présence grandissante dans nos cours d'eau et nos aliments;
  3. les études et exemples concrets montrant qu'il est possible de cultiver de manière rentable et productive tout en réduisant les pesticides.

Équiterre et ses partenaires ont milité pour que les objectifs ambitieux des stratégies adoptées par le gouvernement québécois visant à réduire les risques des pesticides soient rigoureusement renforcés.

Nous avons mis de la pression sur nos gouvernements en soulignant :

  1. le manque de crédibilité et de transparence du processus d'approbation des pesticides au Canada;
  2. les sérieux enjeux soulevés par les conflits d'intérêt dans la recherche et le conseil sur les pesticides au Québec;
  3. les faibles résultats des stratégies québécoises de réduction des pesticides et de leurs risques des 25 dernières années;
  4. le pouvoir du Québec de restreindre et d'interdire la vente et l'usage de pesticides sur son territoire.

«  La question des pesticides est un enjeu de société qui dépasse largement les seules questions agricoles et environnementales pour toucher aussi à la santé publique et à l'éducation.  »

Nadine Bachand

Analyste politique, agriculture et alimentation

Gros plan sur des carottes dans la terre

Le travail d'Équiterre

Nous avons réussi à forcer légalement le gouvernement fédéral à réévaluer publiquement des centaines de produits contenant des pesticides dangereux pour l’environnement et la santé humaine.

Nous avons fait valoir que pour protéger adéquatement les écosystèmes et la santé de la population québécoise, il est incontournable d’investir dans des moyens ambitieux pour généraliser, chez le plus grand nombre de producteurs et productrices agricoles, l’adoption de pratiques agricoles de moins en moins dépendantes des pesticides de synthèse.

Équiterre a réorienté sa stratégie en agriculture depuis 2019 et se concentre à accélérer la transition du secteur agricole vers une production sobre en carbone et offrant des solutions axées sur la nature, régénératrices des sols et de la biodiversité et qui assurent le ravitaillement des communautés locales.

Notre  impact

Équiterre a déposé des milliers de signatures citoyennes demandant d'interdire plusieurs pesticides posant un risque pour l’environnement et la santé.

33 000 pour l'interdiction du glyphosate au Canada


46 000 pour l'interdiction de l'atrazine au Canada


87 000 pour l'interdiction des néonicotinoïdes au Québec et au Canada


Témoignages

Historique du projet

2019

Équiterre laisse le dossier de l'interdiction des pesticides pour travailler aux causes en amont et promouvoir des solutions plus holistiques axées sur la conservation et la santé des sols.

2018

Équiterre demande au gouvernement du Québec de faire la lumière sur le financement de la recherche sur les pesticides naturelles (CAPERN) du Québec.

Les recherches d'Ecojustice et de la coalition dont fait partie Équiterre démontrent que Santé Canada a utilisé certaines études frauduleuses dans sa décision de ré-homologuer le glyphosate au Canada en avril 2017.

2016

Victoire des groupes environnementaux en Cour fédérale.

2015

Équiterre reçoit des spécialistes du Task Force on Systemic Pesticides ayant mené la plus grande revue de littérature sur les effets environnementaux des pesticides néonicotinoïdes.

2013-2015

Équiterre et ses partenaires poursuivent le gouvernement fédéral pour qu'il accepte de se soumettre à la loi et procède à la révision de pesticides inédits pour leur nocivité pour la santé et l'environnement dans d'autres pays de l'OCDE.

2012 à 2018

Équiterre dépose plusieurs mémoires, notamment sur le Code de gestion des pesticides et sur le projet de règlement québécois modifiant le Code de gestion des pesticides et le règlement sur les permis et les certificats pour la vente et l’utilisation des pesticides, sur la surutilisation des pesticides, ainsi que le rapport d’étude Pas dans mon assiette.

2011 à 2017

Équiterre lance de nombreuses pétitions, notamment pour resserrer le Code de gestion des pesticides du Québec et interdire nombre d'entre eux (atrazine, néonicotinoïdes, glyphosate).

2011

Équiterre publie la mise à jour de Couper l'herbe sous le pied des pesticides, dans lequel Équiterre et la Fondation David Suzuki comparent les encadrements règlementaires des différentes provinces canadiennes en matière de pesticides utilisés à des fins esthétiques.

2009

Équiterre publie le rapport Guide pratique des trucs et conseils en horticulture écologique.

2008

Équiterre publie les rapports Couper l'herbe sous le pied des pesticides et Horticulture ornementale écologique : connaître le consommateur pour orienter les décisions.

2006

Équiterre créée une alliance avec le Coalition pour les alternatives aux pesticides au Québec.

Contenus reliés

Équipe du projet

Analyste principale, Agriculture et alimentation