Aller à la navigation Aller au contenu
Un puissant lien entre publicité et ventes de gros véhicules, selon une nouvelle étude d'Équiterre

Fiche

L'impact des VUS sur l'environnement

Comme 195 autres pays, le Canada s’est engagé lors de l’Accord de Paris (2015) à réduire ses émissions de GES pour maintenir le réchauffement planétaire à 1,5 degrés Celsius. Pourtant, les émissions du pays peinent à baisser. En cause: le bilan négatif du secteur des transports dont les émissions augmentent d’année en année, principalement à cause de la prolifération des camions légers.

Les chiffres sont sans appel: entre 1990 et 2018, les émissions de GES des camions légers ont augmenté de 156% au Canada, participant à l’augmentation globale des émissions nationales (+21%). C’est d’ailleurs le seul secteur dont les émissions n’ont pas baissé en 2020 malgré la pandémie de COVID-19.

⚫️ Des gros véhicules très polluants

En 2018, les gros véhicules ont émis en moyenne 31% plus de GES par kilomètre que les voitures standards au Canada (20% au Québec), et c’est le seul secteur dont les émissions n’ont pas baissé en 2020 malgré la pandémie de COVID-19.

Ces gros véhicules sont non seulement plus nombreux sur les routes mais ils sont aussi beaucoup plus polluants. Selon l’étude Comprendre la hausse des camions légers au Canada d'Équiterre, les camions légers, dont les VUS, consomment en moyenne 20% plus de carburant qu’une voiture équivalente. Par leur taille, ils sont également plus gourmands en ressources naturelles.

Il est donc urgent de réduire la taille de nos véhicules pour faire face à la crise climatique. À titre individuel, cela implique de repenser ses besoins pour davantage de sobriété


Sources