Skip to Content

Hydro-Québec, voici un Québec dont je rêve

Colleen micro

Il y a 2 semaines, nous avons été témoins d’une décision en matière d'aménagement du territoire digne d’une autre époque : Hydro-Québec a décidé de céder ses terres de Beauharnois pour que Google puisse y construire un centre de données… Encore un projet qui s’ajoute à tous ceux qui ont déjà fait disparaître ainsi quelque 35 000 hectares de terres au cours des 20 dernières années.

Quelle déception de voir une société d’État comme Hydro-Québec sacrifier nos terres nourricières au profit d’une multinationale!

Alors que les discours fusent sur la nécessité de soutenir l’agriculture au Québec, nous manquons cruellement de volonté et de vision pour notre territoire : la vision d’un Québec qui prendrait soin de ses terres agricoles, de ses sols et de ses travailleurs et travailleuses.

J’ai, par ailleurs, écrit une lettre ouverte à ce sujet dans Le Soleil.

J’aimerais que nos sociétés d’État posent des bases pour une gestion responsable de nos terres nourricières, pour qu’elles profitent à tous et toutes en servant en premier lieu à nous nourrir. Bref, j’aimerais que nos sociétés d’État donnent l’exemple.

Hydro-Québec veut savoir ce qui nous fait rêver

D’ailleurs, Hydro-Québec a lancé récemment une consultation citoyenne pour connaître les souhaits de la population pour bâtir un Québec qui nous fait rêver.

Alors je me permets de lui proposer mon souhait : au lieu de céder ses terres cultivables à des projets non agricoles, Hydro-Québec devrait céder l’usage à perpétuité de l’ensemble de ses terres en cultures pour des projets d'agriculture régénérative afin de garantir une autonomie alimentaire pour notre génération et celles à venir.

Je vous invite aussi à transmettre votre souhait à Hydro-Québec et lui demander de ne pas oublier le volet agriculture dans notre rêve collectif. Il suffit de répondre au court questionnaire et de mentionner votre souhait dans le champ « commentaire » à la fin.

Notre territoire agricole est une ressource non renouvelable, mettons notre énergie en commun pour le préserver.

Colleen Thorpe
Directrice générale d’Équiterre