Skip to Content

Alors que la coalition nationale Non au troisième lien grossit, ses membres invitent le prochain gouvernement fédéral à ne pas investir dans le projet

Québec, le mardi 31 août 2021 - La coalition nationale Non au troisième lien, lancée en mai 2021, est fière d’annoncer avoir grossi considérablement pendant l’été : en effet, la pétition Non au troisième lien compte désormais plus de 45 000 signataires.

Près d’une quinzaine de nouvelles organisations ont aussi rejoint la coalition à titre de partenaires. Il s’agit du Conseil de quartier de Saint-Sauveur, du Conseil de quartier du Vieux-Limoilou, des conseils régionaux de l'environnement (CRE) des régions de l'Estrie, de l'Outaouais, de Lanaudière, de Laval et de Montréal, du Centre d’écologie urbaine de Montréal, du Collectif Virage à Lévis, de Copticom Stratégies relations publiques, de Greenpeace Canada, de Nature Québec, de Piétons Québec et du Réseau québécois de l’action communautaire autonome. D’autres partenaires devraient être annoncés prochainement.

« Depuis que nous avons lancé la pétition en mai dernier, l’intérêt ne dérougit pas : citoyennes, citoyens et organisations continuent de nous écrire tous les jours pour nous offrir de donner un coup de main. Avec plus de 45 000 signataires, la pétition dépassera bientôt en nombre la quantité d’autos estimée dans le futur lien, c’est tout de même ironique! », explique la coalition Non au troisième lien.

Cette mobilisation rapide de citoyennes et citoyens montre bien l’ampleur de l’indignation entourant ce projet autoroutier injustifié de près de 10 milliards de $, qui constitue une menace pour l’environnement et l’aménagement durable du territoire. Les membres de la coalition profitent d’ailleurs des élections en cours pour inviter le prochain gouvernement fédéral à écouter la science et à ne pas financer le projet, qui va à l’encontre des cibles de réduction de gaz à effet de serre (GES). Rappelons que, selon un sondage Léger effectué à la fin du mois de mai, 54% des Québécoises et Québécois s'opposent au 3e lien, contre 26% qui l'appuient.

« La science le dit. Les expertes et experts le disent : l’ajout de nouvelles routes, ça nous éloigne de nos cibles de réduction de GES et ça mène inévitablement à plus d’étalement urbain. On invite le prochain gouvernement fédéral à écouter la science tout simplement et à ne pas engloutir dans un projet injustifié des milliards dont nous avons bien besoin ailleurs : dans nos infrastructures vertes ou dans le système de santé, par exemple. », conclut la coalition Non au troisième lien.

La mobilisation nationale Non au troisième lien a été initiée en mai par Accès transports viables, le Conseil régional de l’environnement - région de la Capitale-Nationale, Équiterre, la Fondation David Suzuki, Trajectoire Québec et Vivre en Ville.

Toutes et tous les citoyennes et citoyens, ainsi que les organisations désirant dénoncer ce projet autoroutier peuvent signer la pétition sur le site nonautroisiemelien.quebec


- 30 -
 

Pour plus d'informations

Mathiew Furino, chargé des communications
Trajectoire Québec, mathiew@trajectoire.quebec