Skip to Content

Équiterre réagit à la réélection d’un gouvernement libéral

 

Montréal, 21 septembre 2021 - Équiterre demande au gouvernement réélu de respecter ses promesses pour rehausser l’ambition climatique du pays et d’accélérer la cadence afin d’adopter des politiques environnementales et climatiques ainsi que des réglementations plus vigoureuses.

« La bonne nouvelle de ce scrutin, c’est que 94% des électeurs ont voté pour des partis qui proposent un système de tarification du carbone. C’est 20% de plus qu’à la dernière élection! On ne retournera jamais en arrière sur ce plan, affirme Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre. Mais la tarification carbone à elle seule n’est pas suffisante. Il en faudra plus pour réduire suffisament nos émissions de gaz à effet de serre (GES). »

Équiterre enjoint donc le premier ministre à forger des alliances pour s’assurer de la réalisation de ses promesses électorales, protéger notre environnement, notre biodiversité et restaurer nos milieux naturels.

Nous demandons aussi aux partis d’opposition de collaborer activement avec le gouvernement dans la mise en œuvre du plan d’action. Ces derniers devront également jouer le rôle que leur ont donné les Canadiens, afin de s’assurer que le gouvernement livre la marchandise, et ce, rapidement.

« Les Canadiennes et Canadiens ont lancé un message assez clair: ils souhaitent voir leurs élus continuer à travailler ensemble pour affronter les énormes défis liés à la crise climatique. Et en tant qu’organisation environnementale, nous ferons tout pour soutenir et appuyer ceux et celles qui font de l’action climatique une priorité », conclut Marc-André Viau.

Voici les priorités d’Équiterre à court terme :

  • L’Agence internationale de l’énergie a mis en garde les gouvernements contre l'approbation de nouveaux projets pétroliers et gaziers. Nous souhaitons obtenir un engagement clair du prochain gouvernement et de ses partenaires pour cesser l’expansion du secteur.
     
  • La revue Nature estime que plus de 80% de la production pétrolière et gazière canadienne doit rester dans le sol afin de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C. Nous souhaitons obtenir, dans les 100 premiers jours de son mandat, les détails du plan pour plafonner et couper les émissions du secteur.
     
  • 60% des Canadiens ont voté pour l’abolition des subventions au secteur des énergies fossiles. La promesse d’abolition de ces subventions, répétée depuis 2015, doit se concrétiser en 2021.
     
  • Les travailleurs du secteur des énergies fossiles doivent être au cœur des priorités gouvernementales. Nous souhaitons que le fonds de l’avenir de 2G$ pour la diversification et la transition équitable des travailleurs soit mis en place dans la première moitié de 2022.
     
  • Les émissions de GES provenant des véhicules surdimensionnés ont anéanti les efforts de réduction pour les véhicules légers. Un plan réglementaire devra être déposé dans la première moitié de 2022 pour l’atteinte des cibles de 2035 pour les véhicules électriques.
     
  • La sécheresse a durement frappé le secteur agricole et la compensation ponctuelle pour les pertes liées à l’impact des changements climatiques ne suffit plus. Nous demandons la création d’un programme permanent d’aide à l’adaptation et à la transition dans le cadre des négociations sur le prochain cadre stratégique pour l’agriculture.


-30-
 

Pour plus d’informations:

Anthony Côté Leduc, relations médias
514-605-2000 ; acoteleduc@equiterre.org

Flux d'information :