Skip to Content

Le 20 septembre, le Canada doit élire un gouvernement qui s’engage en faveur d’une reprise post-pandémie juste et verte

Après un été de phénomènes météorologiques extrêmes et dévastateurs, 34 des principaux organismes environnementaux du Canada appellent les électeurs et électrices à exiger un réel changement.

[OTTAWA, territoire non cédé de la Nation algonquine Anishinaabe] – À 5 semaines des élections fédérales de 2021, une coalition de 34 des principaux organismes environnementaux du Canada invite les électeurs et électrices à voter le 20 septembre – et ce faisant, à voter pour une reprise post-pandémie de COVID-19 juste et verte.

La coalition Une planète, un vote a préparé des demandes que les électeurs et électrices peuvent envoyer à tous les chefs et cheffe de partis fédéraux pour montrer le nombre croissant de Canadiens et Canadiennes déterminés-es à bâtir un Canada meilleur, plus sain, plus sécuritaire, plus durable et plus juste.
Par exemple, l’indice de l’état de la science de 2021 a révélé que 63 % de la population canadienne – et 81 % des jeunes – affirment se soucier davantage de l’environnement depuis la pandémie.

Les demandes portent sur le respect des droits et du savoir des Autochtones, des initiatives climatiques audacieuses et ambitieuses (notamment l’élimination progressive des combustibles fossiles et la garantie d'une transition juste vers une économie basée sur des énergies propres et durables), la protection et la restauration de la nature, et l’établissement des droits environnementaux au Canada.

« Cette élection est une occasion à ne pas manquer d’élire un gouvernement audacieux, intelligent, responsable et compatissant pour veiller à ce que cette reprise post-pandémie aide aussi à résoudre les crises écologiques et de justice sociale actuelles », déclare Megan Leslie, présidente et cheffe de la direction de WWF Canada et porte-parole d’Une planète, un vote.

L’été 2021 a été la pire saison des incendies de forêt de l’histoire canadienne ainsi que celle de plusieurs autres effets climatiques qui ravagent le pays, dont les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations, les tornades, etc. Par ailleurs, une étude de juillet 2021 publiée dans le journal BioScience révèle qu’à mesure que la planète se réchauffe, les signes vitaux de la Terre atteignent de nouveaux records alarmants et s’approchent des points de bascule ou les dépassent. Le rapport du 9 août du GIEC (la principale autorité mondiale en matière de changements climatiques) a confirmé que la crise climatique est due à l'activité humaine (principalement la combustion de combustibles fossiles); la Terre se réchauffe plus rapidement que prévu et devrait dépasser l'objectif de l'Accord de Paris (1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels) au cours des 10 à 20 prochaines années et les objectifs de réduction des émissions des 197 pays signataires de l'Accord de Paris - dont le Canada - sont insuffisants

« La science est claire sur l'urgence d'agir maintenant. Si nous ne voulons pas que les feux de forêt et les pandémies soient notre nouvelle réalité, nous devons élire des gouvernements qui prennent des décisions ambitieuses pour réduire drastiquement notre consommation de ressources naturelles et qui investissent plutôt dans la santé de l'environnement et des gens », explique Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre.

En seulement trois mois, durant l’été et l’automne 2020, la coalition a inspiré des membres de la population canadienne préoccupés-es par la situation à envoyer près de 200 000 messages au gouvernement fédéral appelant à une reprise post-pandémie de COVID-19 juste et verte.
Pour plus de renseignements, consultez uneplaneteunvote.ca

- 30 -
 

Pour obtenir plus de renseignements ou organiser une entrevue, communiquez avec :

Anthony Côté-Leduc, Équiterre
514 605-2000, acoteleduc@equiterre.org

Complément d’information :

Une reprise verte et juste pour le Canada signifie, avant tout, investir dans une société qui place la santé des personnes et la protection des écosystèmes naturels assurant la subsistance de toutes les espèces au-dessus des profits des grandes entreprises. En d’autres mots, tout investissement réalisé ne peut pas faire reculer les progrès environnementaux du Canada, miner sa justice environnementale ou être incompatible avec ses engagements environnementaux.

Demandes du mouvement Une planète un vote :

Je demande aux gouvernements qui me représentent de s’engager à prendre les mesures suivantes pour un monde respectant les limites de la nature, carboneutre et équitable :

  1. Respecter et maintenir les droits, les traités et les priorités de conservation des Peuples Autochtones ainsi que la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones.
  2. S’assurer du caractère prioritaire des mesures climatiques et de protection de la nature par une relance verte et juste post-pandémie.
  3. Reconnaître le droit à un environnement sain et prendre les mesures nécessaires en matière de justice environnementale et de racisme, tout en améliorant les lois qui protègent les gens et la nature de la pollution causée par des matières toxiques et les plastiques.
  4. Renverser la perte de milieux naturels en protégeant et en gérant efficacement au moins 30 % des zones terrestres et d’eau douce et 30 % des océans d’ici 2030 en plus d’accroître les investissements dans les solutions climatiques basées sur la nature.
  5. Investir dans la planification de l'utilisation des terres par les Peuples Autochtones, l’établissement de zones de conservation et de protection sous la gérance de Gardiens et Gardiennes autochtones; investir dans les efforts menés par les Peuples Autochtones pour rétablir et assumer la gérance des espèces menacées et leurs habitats; de même que reconnaître et respecter le savoir autochtone dans tous les aspects de la conservation de la nature au Canada.
  6. Cesser d’augmenter et de subventionner l’utilisation des énergies fossiles et nucléaire en plus de réduire de 60 % les émissions de carbone du Canada d’ici 2030, pour que nous puissions contribuer à l’effort mondial de lutte aux changements climatiques.
  7. Assurer une élimination progressive et rapide des combustibles fossiles, par le biais d’un plan qui viendra en aide aux travailleurs et travailleuses, aux collectivités et aux groupes marginalisés dans le cadre d’une transition juste et équitable vers une économie durable.

 

Flux d'information :