Skip to Content

Un budget de relance qui laisse en plan la crise climatique, déplore Équiterre

Montréal, 25 mars 2021 - Équiterre se désole de voir que le récent budget du gouvernement du Québec réserve à l’environnement et la lutte à la crise climatique un rôle bien secondaire dans la relance économique.

« Après le dévoilement d’un Plan pour une économie verte (PEV) nous permettant d’atteindre seulement 42% de notre cible de réduction de gaz à effet de serre (GES), force est d’admettre qu’il n’y a pas non plus d’ambition dans ce budget pour répondre à la crise climatique. Comment ira-t-on chercher les 58% qui manquent? On ne va pas assez vite et le temps presse », affirme Marc-André Viau, directeur des relations gouvernementales d’Équiterre.

« La crise climatique et l’effondrement du vivant ne sont pas des crises ponctuelles. Après l’important rattrapage annoncé l’an dernier, les mesures budgétaires stagnent par rapport aux précédentes annonces », ajoute-t-il.

Où est l’écofiscalité?

Bien qu’Équiterre soit conscient du fardeau énorme que la crise sanitaire est venu ajouter sur les finances publiques, l’organisme estime que des options demeurent à la portée du gouvernement pour favoriser une relance verte et juste.

«Malgré les revendications de la société civile, l’absence de mesures écofiscales ciblées ralentit l’adoption des meilleures pratiques et l’atteinte des objectifs climatiques et environnementaux. C’est particulièrement frappant dans le secteur des transports, où le Québec fait piètre figure», explique Andréanne Brazeau, analyste en mobilité chez Équiterre.

-30-

Pour plus d’information:

Anthony Côté Leduc, Relations Médias, Équiterre
514 605-2000 - acoteleduc@equiterre.org

Flux d'information :