Aller à la navigation Aller au contenu

Guide et astuce

Comment tendre vers la déconsommation?

Publié le 

La réduction de la consommation est un passage inévitable pour faire face à la crise climatique et amorcer une transition juste et écologique. C’est le temps de repenser notre système économique pour qu’il soit au service du bien-être collectif.

À lire pour;

  • Découvrir les actions individuelles et collectives à mettre en place pour s’éloigner de la surconsommation et tendre vers la déconsommation

  • Apprendre à réduire sa consommation à son rythme et sans culpabilité

La réduction de la consommation : un cheminement

Loin d’être associée à la privation, la déconsommation est un cheminement où l’abondance matérielle fait place à un mode de vie qui peut être encore plus rempli de sens. La déconsommation a une foule de bienfaits, tant sur notre portefeuille que sur la santé humaine et celle de l’environnement.

Mais d'abord, c'est quoi la déconsommation? La déconsommation, c’est consommer moins de biens matériels en général. C'est se questionner sur ses réels besoins et laisser tomber le superflu. Consultez notre fiche pour mieux comprendre pourquoi notre système économique est basé sur la surconsommation et comment la réduction de la consommation peut être une solution à nos défis socio-environnementaux.

La surconsommation ou même la consommation sont des privilèges uniquement accessibles à certaines tranches de la société. Certaines personnes surconsomment alors que d’autres n’arrivent même pas à combler leurs besoins fondamentaux. Il n’est pas question de demander à ceux qui n’en n’ont pas les moyens de déconsommer! Ainsi, les gestes proposés dans ce guide s’adressent aux personnes qui consomment au-delà de leurs besoins essentiels.

🌎 Le saviez-vous?

L’empreinte carbone est étroitement liée au revenu. Entre 1990 et 2015, les 10 % les plus riches de la population mondiale ont été responsables de plus de la moitié des émissions de carbone dans l’atmosphère.

Comment passer de la surconsommation à la déconsommation alors que tout nous pousse à l’achat? Inutile de culpabiliser à chaque achat puisque la déconsommation est un cheminement et que chaque personne se situe à un endroit différent. De toute façon, il y a fort à parier que vous faites déjà des efforts pour réduire votre consommation, que ce soit pour votre portefeuille ou votre côté écolo! De plus, il existe une foule de ressources et d’initiatives pour vous aider et vous inspirer.

Dans ce guide, Équiterre vous offre quelques idées pour commencer ou pour poursuivre votre chemin vers la déconsommation, mais aussi pour vous permettre de participer à un changement plus systémique. Alors que l’on sait que les gestes individuels ne suffisent plus à stopper les conséquences néfastes de la surconsommation, ils représentent tout de même une étape importante vers des changements collectifs, en plus de permettre de lutter contre l’écoanxiété. Bref, l’action individuelle renforce l’action collective.

Les bonnes habitudes de déconsommation

Connaissez-vous les 3RV? C’est une abréviation des mots suivants : réduction à la source, réemploi, recyclage et valorisation. Elle sert d’aide-mémoire pour prioriser nos actions afin de mieux gérer nos matières résiduelles. Chez Équiterre, nous avons adopté une autre version de cette abréviation afin de refléter le besoin de mettre la réduction de la consommation de l'avant : Refuser-Optimiser-Partager.

Refuser

La règle d’or pour devenir un as de la déconsommation est d’insister sur le premier R - REFUSER! Il faut apprendre à refuser d’acheter ou de recevoir des biens dont nous n’avons pas besoin. La réduction à la source est un geste individuel qui a beaucoup d’impact puisque le bien le moins polluant est celui que l’on n’achète pas!

Avant toute nouvelle acquisition, il faut se poser la question essentielle : en ai-je vraiment besoin?

Voici quelques trucs pour éviter de succomber aux achats impulsifs

Évitez le lèche-vitrine

Il vaut mieux éviter le lèche-vitrine puisque la configuration même des centres d’achats et des commerces est faite pour inciter à la consommation.

Méfiez-vous des rabais

Et que dire des rabais? Il s’agit d’une véritable aubaine seulement si nous avons véritablement besoin de quelque chose, non? Pour mieux résister à la tentation de faire une fausse bonne affaire, il vaut mieux se tenir loin des circulaires et se désabonner des infolettres. Ces gestes permettent aussi de réduire notre empreinte numérique, en plus de nous faire économiser

Optimiser

Soyons innovant(e), utilisons ce que avons sous la main! Apprenons à entretenir, réparer, rapiécer, revaloriser. En plus d’en avoir plus pour votre argent, apprendre à valoriser l’existant permet de poser un geste écologique d’une grande valeur et qui sait, peut-être y trouver un nouveau passe-temps?

Vous préférez avoir recours aux expert(e)s? Consultez la carte interactive des réparateurs de Protégez-vous!

  • Entretenir : L’objet le plus écologique est celui qui est déjà fabriqué, alors autant apprendre à l’utiliser et l’entretenir soigneusement pour maximiser sa durée de vie. Les informations relatives à l’utilisation, l’entretien et même les garanties sont souvent indiquées dans le manuel d’instructions. À vos lunettes de lecture!

  • Réutiliser : Il est parfois possible de trouver une nouvelle utilisation à des objets qui autrement se retrouveraient aux ordures.
    • Donner une 2e (ou 3e!) vie à un objet peut être aussi simple que d’utiliser ses vêtements trop petits pour fabriquer des guenilles, par exemple.

    • Vous avez un projet de rénovation en tête? Éco-réno permet de réemployer des matériaux comme des portes, des luminaires, des poignées. Une belle façon d’atténuer l'empreinte écologique des déchets de la construction et de sauver des sous.

  • Réparer : Prolonger la vie d’un objet en le réparant est un geste important pour lutter contre la surexploitation des matières premières et la crise des déchets.
    • Possible de le réparer vous-même? Allez faire un tour sur le groupe Facebook Touski s'répare : une communauté de partage de trucs et d’astuces qui favorisent la réparation d'objets en tous genres.

    • Vous n’arrivez pas à réparer votre objet vous-même? Apprenez des experts sur la réparation en participant à des ateliers, souvent nommés des « repair café »! Il en existe pour les petits électroménagers, les appareils électroniques, les vêtements et même pour votre vélo! Il suffit de faire des recherches en ligne pour trouver des ateliers près de chez vous.

Vos efforts de réparation contribuent à un changement systémique

Soyez assuré(e) que pendant que vous faites réparer vos objets, la transformation systémique est aussi en marche. Équiterre a publié en 2022 la toute première étude pancanadienne sur l’accès à la réparation des appareils électroniques et électroménagers. Nous travaillons avec d'autres groupes pour mettre de l’avant les pistes de solutions identifiées dans l'étude.

Nous mettons la pression sur nos gouvernements pour changer les lois afin d’assurer notre droit à la réparation.

Exigeons des biens durables et réparables!

Partager

Nous accumulons beaucoup de choses que nous n'utilisons qu’à certaines occasions ou à quelques reprises. Nous pouvons soit les mettre à la disposition des autres pendant que nous ne les utilisons pas ou nous pouvons carrément repenser notre achat de ce bien. Est-ce possible de simplement le louer ou de l'emprunter? Une panoplie d'initiatives s'offrent à nous et de plus en plus s'ajoutent.

Voici de l’inspiration :)

  • À bout de vos ressources et de votre créativité? Pourquoi ne pas emprunter un outil, un équipement de cuisine ou du matériel de plein air à un(e) voisin(e) ou un(e) amie?

  • Profitons des ressources collectives. Dorénavant, on peut non seulement emprunter des livres, mais aussi des jouets, des articles de sports ou encore des outils. Par exemple, les citoyen(ne)s de Notre-Dame-des-Prairies peuvent emprunter du matériel de plein-air gratuitement et ceux (celles) de Québec peuvent louer des outils à l'Outilthèque. Pour dénicher des initiatives dans votre communauté, il vous suffit de faire une simple recherche internet et le tour est joué!

  • Vous pouvez également rejoindre un groupe de partage ou d’échange sur les médias sociaux comme La communauté de As-tu ça toi? disponibles dans plusieurs régions du Québec ou encore s’abonner à la plateforme numérique Partage Club, disponible sous peu.

  • Faisons comme les citoyen(ne)s des quartiers Rosemont-La Petite-Patrie et Ahuntsic-Cartierville à Montréal et rassemblons-nous pour mettre en place des projets de transition socio-écologique grâce à l’accompagnement de l’organisme Solon.

  • Inspirons-nous des citoyen(ne)s de Bonaventure qui peuvent compter sur un espace communautaire autogéré par Horizons Gaspésiens aux multiples usages. Tantôt un collaborium (espace de co-working), une bibliothèque féministe, trans, queer et inclusive ou encore un atelier de réparation, le Loco Local. C’est définitivement inspirant!

🤝 À vous de jouer!

Il n’y pas d’initiatives de partage près de chez vous? Pourquoi ne pas en mettre une sur pied? Parlez-en avec votre voisinage et lancez-vous!

Ces alternatives, en plus de nous permettre de réduire notre consommation, nous rapprochent de notre voisinage. Renouer nos liens avec nos voisin(e)s en s'entraidant et en partageant nos biens, nos services ou notre expertise est bénéfique sur toute la ligne! Cela permet de bâtir une communauté plus forte et résiliente où l'entraide est encouragée.

Quand on doit acheter quelque chose : moins et mieux

Si toutes les alternatives ont été explorées sans succès et qu’un nouvel achat devient nécessaire, il est important de s’assurer que le bien est durable en s’inspirant de cet adage : moins et mieux.

Lorsque c’est possible, il vaut mieux prendre le temps de bien considérer ses options. La clé pour mieux acheter est de se renseigner.

  • Il faut d’abord se demander quelles fonctionnalités nous sont indispensables et quelles caractéristiques nous souhaitons privilégier.

  • Pour faire un choix éclairé, il est possible de consulter les diverses ressources offertes par l’organisme à but non-lucratif Protégez-vous, dont l’objectif est de faire gagner du temps et de l’argent aux consommateur(-trice)s.

  • Voici d’autres questions à se poser en vue d’un nouvel achat :
    • Est-ce l’option la plus durable?

    • Est-ce facilement réparable?

    • Quelle est la garantie? Est-ce que certains services sont inclus?

    • Quelles sont les modalités de paiement?

Pour éviter l’endettement

Faites attention aux pièges de la publicité

Les offres semblent alléchantes, mais peuvent s’avérer moins avantageuse que prévu.

Service gratuit de consultations budgétaires

Option consommateurs, une association à but non lucratif qui a pour mission d’aider les consommateurs et les consommatrices et de défendre leurs droits, offre un service gratuit de consultations budgétaires.

Quand on est enfin prêt(e) à acheter un nouvel objet :

  • Considérez le seconde main : C’est une option intéressante pour épargner des sous et réduire son empreinte environnementale. De nombreuses options s’offrent à nous : que ce soit dans les magasins, les plateformes numériques de revente ou encore en dénichant les trésors laissés à l’abandon sur le bord du chemin. Cela dit, il doit être utilisé pour se procurer des biens utiles, sinon on retombe dans le piège de la surconsommation!

  • Optez pour la durabilité : Si vous êtes en mesure de le faire, investissez davantage pour un objet qui vous servira plus longtemps. Sur le long terme, votre portefeuille vous remerciera. Vous contribuerez du même coup à réduire les déchets.

  • Allez vers la remise à neuf : Pour les appareils électroniques, il est possible d’aller vers la remise à neuf.

  • Privilégiez les expériences plutôt que les objets : Vous cherchez quelque chose pour vous gâter ou gâter un de vos proches? Offrez ce qu’il y a de plus précieux : du temps!

  • Renseignez-vous pour mieux acheter en ligne : Consultez Réduire notre empreinte de Vivre en Ville pour découvrir des moyens de mieux acheter en ligne. Les services de livraison rapide sont presque trois fois plus polluants que la livraison standard. En effet, la livraison rapide nuit à l’optimisation des trajets en ajoutant des camions moins remplis sur les routes.

Il est préférable de troquer la quantité pour la qualité et de favoriser l’économie sociale ou circulaire!

Continuons à travailler ensemble

Ce n’est qu’un début, mais nous espérons que ces astuces vous aideront à poursuivre votre cheminement vers une réduction de la consommation!

Continuons à travailler ensemble pour que les gestes individuels se transforment en un véritable changement sociétal. Pour opérer ce changement, il faut non seulement continuer à se questionner sur nos habitudes de consommation, mais surtout remettre en question le système économique et encourager les initiatives collectives qui font de l’Humain leur priorité.

VUS gris vu de face

Demandons l'encadrement de la publicité des véhicules à essence