Skip to Content

Alimentation locale dans nos institutions : « un grand pas en avant »

visuels_bulletin_octobre6.png

Le gouvernement vient de lancer sa Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois dans les institutions publiques du Québec visant à ce que 100 % de celles-ci soient dotées d’un plan d’approvisionnement local d’ici 2025. Une avancée importante pour laquelle Équiterre travaille depuis près de 20 ans et qui positionne la province comme chef de file en la matière au Canada.

Favoriser l’achat d’aliments sains, locaux et écoresponsables dans les institutions publiques de la province permettra non seulement de favoriser le renforcement d’une agriculture durable au service des communautés locales et d’augmenter notre autonomie alimentaire, mais aussi de nous rendre plus résilients pour répondre à l’urgence climatique et à la crise COVID.

Et pour assurer la pérennité de notre système alimentaire et améliorer ses impacts sur notre santé et notre environnement, nos institutions québécoises ont un grand rôle à jouer. Car que ce soit par la garderie, l’école, nos établissements de santé ou notre travail, on passe tous à un moment ou un autre par ces milieux.

Ces institutions ont donc le pouvoir de masse d’encourager les citoyens à emboîter le pas vers une alimentation locale à la maison en leur servant de modèles. En s’approvisionnant localement, nos institutions aident aussi directement les producteurs en augmentant la mise en marché de leur production locale.

En quoi consiste cette stratégie nationale?

Concrètement, cela veut dire plus d'aliments locaux dans nos garderies, nos écoles et nos hôpitaux! 85 % des institutions publiques en éducation et en santé du Québec devront en effet se doter de cibles d’approvisionnement local d’ici 2023 et 100 % d’entre elles d’ici 2025.

Un des éléments centraux de la stratégie est cette cible d’approvisionnement local qui permettrait de connaître précisément le pourcentage d’aliments québécois que l’on consomme et de se fixer des objectifs afin d’aller plus loin. Et pour y arriver, le deuxième élément clé, c’est l’accompagnement et les moyens pour y arriver.

L’expertise et la vision d’Équiterre mises à profit

Cette nouvelle Stratégie nationale consolide le rôle fédérateur et l’expertise d’Équiterre dans le domaine agroalimentaire et lui offre une place centrale dans son exécution.

Depuis plus de 18 ans, Équiterre travaille à développer l’approvisionnement alimentaire local des institutions publiques de partout dans la province. Nous avons pu mener au fil des années de nombreux projets avec des services éducatifs à l’enfance, des écoles, des cégeps, des universités, des établissements de santé et des milieux de travail afin de les aider à augmenter la part d’aliments locaux et biologiques et en sensibilisant leur clientèle à une alimentation saine, locale et écoresponsable.

Notre engagement a aussi pris la forme d’un service-conseil aux entreprises, de projets de recherche et d’organisation d’événements de partage et de réflexion.

Récemment, Équiterre a mis sur pied une communauté de pratique en alimentation institutionnelle qui vise à mobiliser et accompagner les institutions du Québec à offrir au sein de leur service alimentaire plus d’aliments sains, locaux et écoresponsables.

Lors de la deuxième édition des journées « Les institutions mangent local », en collaboration avec Aliments du Québec et le MAPAQ, nous avons dévoilé un outil La recette clé pour un approvisionnement alimentaire local et écoresponsable dans les institutions du Québec, comprenant une série de 8 fiches pratiques destinées aux milieu de la petite enfance, au milieu scolaire et de l’enseignement supérieur (primaire, secondaire, collégial et universitaire), au milieu de la santé et au milieu du travail afin de les aider dans leur transition vers une alimentation locale et écoresponsable.

Équiterre a su développer un réseau de partenaires dynamiques et ancrés dans leur milieu avec qui il collabore pour cerner les enjeux, identifier les pistes d’actions les plus porteuses et mettre en œuvre des stratégies où chacun contribue en fonction de ses forces. Cette stratégie maîtresse permet l’atteinte d’objectifs ambitieux et des réalisations aux impacts déterminants.

En faire plus pour assurer la pérennité de notre système alimentaire

Évidemment, il reste un pas de géant à franchir, soit de se mettre maintenant au travail pour que le local et le bio soient accessibles dans toutes nos institutions.

Nous sommes d’avis que le contexte est plus que jamais favorable pour mobiliser et faire avancer nos demandes :

  • Du soutien et de l’accompagnement pour les institutions;
  • Des cibles d’approvisionnement local fixées par le gouvernement pour donner les moyens aux institutions de se donner des cibles et de les atteindre;
  • Un investissement initial de base pour permettre l’augmentation de la demande et ainsi l’ajustement de marché;

Il reste du travail à faire mais nous savons qu’ensemble c’est possible, comme l’a fait Copenhague qui, en moins de 10 ans, a pu offrir des repas à 90 % biologiques et principalement faits d’ingrédients locaux dans les cuisines publiques. Et en bout de ligne, les prix aussi se sont ajustés.

La pandémie nous a d’ailleurs montré que nous sommes capables d’agir rapidement pour apporter des solutions à une crise majeure. Ensemble, nous avons le pouvoir de réorienter collectivement nos systèmes alimentaires et agricoles pour atténuer et s’adapter aux impacts des changements climatiques et d’autres crises afin de garantir l’approvisionnement alimentaire de la population.

Et si nous gagnons la prochaine victoire alimentaire ensemble?