Skip to Content

LE TRAMWAY À QUÉBEC : UN PROJET SUR-MESURE POUR UN RÉSEAU STRUCTURANT DE TRANSPORT EN COMMUN

image.png

Le Réseau structurant de transport en commun (RSTC) de la ville de Québec est actuellement en processus de consultations publiques du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Il s’agit d’une étape déterminante pour une mobilité durable dans la capitale nationale puisque l’objectif du projet est de doter la Ville de Québec d’un réseau de transport moderne, rapide, efficace et écologique.

Ce projet, conçu sur-mesure pour la capitale nationale, permettra de répondre aux besoins de déplacement des usagers et de leur offrir une option accessible et concurrentielle à la voiture. Prévu en 2026, le tramway desservirait 22 km, de Cap-Rouge à Charlesbourg.

À de nombreux niveaux, ce projet a un important rôle à jouer pour redynamiser à court terme l’économie québécoise. Ce sont non seulement les usagers mais aussi l’ensemble de la société qui bénéficieront des investissements en transport en commun. Le projet de tramway à Québec est donc nécessaire, et ce, dès maintenant.

Équiterre participe au BAPE

Équiterre a d’ailleurs déposé son mémoire dans le cadre de la consultation publique au BAPE sur le projet.

Dans le contexte actuel, ce mémoire souligne la place centrale que pourrait prendre le RSTC dans la relance économique annoncée par le gouvernement du Québec, lui qui souhaite accélérer les projets publics pour stimuler l’économie de la province.

Les audiences publiques se déroulent encore cette semaine, lors desquelles Équiterre présentera ses recommandations, et le dépôt du rapport au ministre se fera d’ici le 5 novembre 2020.

Les recommandations d'Équiterre

Équiterre recommande au BAPE de donner un avis favorable au projet de tramway à Québec et préconise :

  • Le déplacement de la trémie située sur la rue de la Couronne vers le secteur du pôle d’échange Saint-Roch, prolongeant ainsi le tunnel dans le secteur de la basse-ville de quelques centaines de mètres;
  • La réduction des emprises permettant de limiter les coupes des arbres et les expropriations.
  • L’ouverture des enveloppes budgétaires du RSTC afin d’adapter le budget aux développements et besoins associés à la vision originelle du projet annoncé en 2018;
  • Une ventilation des dépenses : le financement dédié aux transports collectifs ne doit pas servir à financer les infrastructures routières;
  • La préservation de la configuration de la côte d’Abraham, comprenant deux voies réservées.

Rappelons qu’Équiterre et ses partenaires avaient déjà rassemblé 18 000 citoyen-nes et entreprises locales en 2019 autour de J’ai ma passe, une campagne en soutien au projet.

Par le biais de son mémoire et d’une lettre ouverte, adressée au Premier Ministre, Équiterre et ses partenaires souhaitent réaffirmer leur appui au projet et leur désir de créer un réseau structurant et accessible au plus grand nombre de citoyens possible.

Lire le mémoire >>

Lire la lettre ouverte >>

Flux d'information :