Aller à la navigation Aller au contenu

Opinion  •  3 min

Savez-vous différencier un contenant réutilisable d’un contenant recyclable?

Femme a côté de bouteilles consignées de différents formats

Amélie Côté

Analyste, Réduction à la source

Publié le 

Vous redoublez sûrement d'efforts pour recycler vos contenants de boissons, mais vous ignorez peut-être qu’il existe une autre solution qui a encore plus de potentiel que le recyclage : le réemploi!

Quand on recycle une matière, cela implique une transformation chimique pour la réintroduire dans un processus de fabrication.
Parmi tous les contenants qui sont mis en marché, certains sont réutilisables, c'est-à-dire qu’ils sont nettoyés et re-remplis, plutôt que recyclés!

Je vous emmène faire un petit tour des contenants réutilisables au Québec, pour vous aider à mieux les reconnaître et les utiliser à leur plein potentiel. Vous verrez qu'ils méritent d’être plus connus!

Présentement dans les commerces, il y existe principalement deux types de contenants, les contenants réutilisables (comme les fameuses bouteilles de bières brunes), que vous pouvez retourner au commerce pour récupérer la somme versée pour la consigne, et les contenants recyclables (par exemple : la bouteille en plastique, la canette en aluminium, etc.) D’autres contenants réutilisables moins connus sont aussi disponibles sur le marché, comme les bouteilles d’eau de 10 et 20 litres, les bouteilles de lait La Pinte et de la laiterie Lampron, ou encore les bouteilles de gin de la distillerie du Fjord!

Comment la consigne encourage-t-elle le réemploi?

Le saviez-vous? La consigne des contenants de bières et de boissons gazeuses existe depuis 1808 au Québec! Cela fait plus de 200 ans que ce système a fait ses preuves! Le consommateur ou la consommatrice peut rapporter ses contenants vides dans un commerce, qui lui remboursera alors la consigne payée lors de l’achat. Tout le potentiel de la consigne vient du tri à la source qui est fait : cela permet de récupérer des contenants en plastique, en verre ou en métal sans qu’il y ait de contamination ou qu’il soit nécessaire de les trier à nouveau.

Les embouteilleurs, brasseurs et distributeurs viennent ensuite récupérer les contenants vides qui seront ensuite transportés vers une usine de nettoyage, avant d’être remplis et remis en marché.

Les contenants réutilisables sont réutilisés de 10 à 25 fois!

Pourquoi prioriser les contenants réutilisables plutôt que recyclables?

Les contenants recyclables seront conditionnés puis revendus à des recycleurs ou des entreprises qui vont les broyer et les utiliser dans leur processus de fabrication.

On l’oublie souvent, mais le recyclage demande une grande quantité d’énergie et a un impact non négligeable sur notre santé et celle de notre planète. 

Tout au long de leur cycle de vie, soit de l’extraction des matières premières jusqu’au recyclage ou à l’élimination, les contenants réutilisables ont un impact moindre que les contenants recyclables - qui sont après tout à usage unique. Par exemple, une analyse de cycle de vie datant de 2015 met le contenant réutilisable en tête de file, puisqu’on y conclut que c’est l’option disponible qui génère le moins d’impact au niveau des changements climatiques, de l’utilisation des ressources et de la santé humaine et ce, malgré le transport et le nettoyage nécessaire à sa réutilisation..

Malheureusement on voit une grosse diminution des contenants réutilisables au fil des années. En 2009, 83 % des bières embouteillées au Québec étaient dans des contenants réutilisables, contre seulement 32 % en 2017. Et cette baisse continue depuis le début de la pandémie.

Vers une modernisation de la consigne

Chez Équiterre on souhaite que la tendance se renverse et nous croyons que l’élargissement de la consigne est une belle opportunité de soutenir et développer les contenants réutilisables.

Le projet de règlement sur la modernisation de la consigne est en effet actuellement en cours au Québec. Ce projet prévoit un élargissement et la bonification de la consigne actuelle aux contenants de boissons prêtes-à-boire de 100 ml à 2 litres (comme les cidres, les cocktails, etc.) qu’ils soient en plastique, en verre ou en métal.

Alors, verrons-nous prochainement des bouteilles de vin, des contenants de distillerie ou encore des pintes de lait réutilisables sur nos tablettes? C’est ce que nous souhaitons et que nous proposons, en participant à la consultation en cours sur le projet de règlement de modernisation de la consigne.

Lors de votre prochain achat de bières, pensez à la bouteille brune plutôt qu’à la canette!

Pour aller plus loin :

Visionnez le segment du téléjournal de Radio-Canada sur le sujet