Aller à la navigation Aller au contenu

Opinion  •  3 min

Exigeons du gouvernement du Québec de #FaireMieux

Marc-André Viau

Directeur, Relations gouvernementales

Publié le 

Quand le ministre de l’Environnement du Québec a affirmé, au début du mois, qu’il lui était impossible d’en faire plus, j’ai cru à un mauvais poisson d’avril.

Imaginez le ministre des Finances, de la Santé ou de l’Éducation dire : il est impossible d’en faire plus pour le Québec. Ça n’arrivera jamais s’il ou elle veut garder sa place autour de la table du cabinet! Alors pourquoi on permet ça pour l’environnement?

La déclaration du ministre vous préoccupe, j’en suis certain, autant que moi parce qu’elle n’est pas à la hauteur de l’urgence climatique. Mais si le ministre refuse d’en faire plus, ensemble on peut lui lancer un défi.

Dans les quelques semaines qui restent à la session parlementaire et qui vont mener aux élections de cet automne, nous demandons au gouvernement du Québec de #FaireMieux.

Faire mieux pour la mobilité durable.
Faire mieux pour la biodiversité.
Faire mieux pour l’aménagement du territoire.
Faire mieux pour notre autonomie alimentaire.

Comme plusieurs citoyennes et citoyens qui ont contacté Équiterre au cours des dernières semaines, on s’inquiète des récentes annonces à la pièce d’un gouvernement qui semble naviguer à vue.

Aussi essentielle soit l’électrification de nos transports, dont nous faisons la promotion, il n’y a aucune raison pour amputer nos capacités de production agricole en dézonant des terres agricoles pour construire des usines de batteries. On s’explique aussi mal comment on peut donner une subvention de 3 millions à PepsiCo au nom de l’autonomie alimentaire. Ou encore comment le gouvernement peut justifier de diminuer des deux tiers les sommes provenant du marché du carbone qu’il doit investir dans le transport collectif.

Si le ministre ne veut pas en faire plus pour l’environnement, il peut facilement #FaireMieux.

Comment #FaireMieux?

Pour faire mieux, il faut faire preuve de gros bon sens comme protéger les terres agricoles qui nous permettent de nourrir notre monde, au lieu de les donner au plus offrant.

Chez Équiterre, on croit aux solutions efficaces et réalistes et aux politiques publiques qui considèrent les impacts sur le système au complet. Par exemple, avec un programme de mise au rancart pour remplacer un véhicule à essence par un vélo à assistance électrique, qui va nous permettre de freiner la croissance insoutenable du parc automobile. Ou encore mettre à profit nos terres agricoles pour aider les écoles, les CPE et les hôpitaux à faire la transition vers un approvisionnement alimentaire sain, local et écoresponsable.

Mais faire mieux c’est aussi protéger nos acquis.

4 sujets chauds, qui nous concernent toutes et tous

1. L’attaque contre la réglementation environnementale et la participation publique : Le gouvernement maintient l’état d’exception de la COVID-19 pour accélérer les projets d’infrastructures, alors qu’il enlève les mesures de prévention et d’exception en santé. Ce n’est pas juste moi qui le dit, on est beaucoup à dénoncer ce dangereux précédent. Abroger cette loi, ce n’est certainement pas en faire plus, mais c’est définitivement #FaireMieux.

2. Des investissements publics sans vision : Pendant que nous attendons impatiemment la nouvelle Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire, le gouvernement le développe à la va-comme-je-te-pousse, avec des projets insensés comme le 3e (4e?!?) lien. #FaireMieux sera d’implanter une politique d’aménagement du territoire holistique, équitable et ambitieuse, au lieu de mettre de l’avant des projets nuisibles à notre environnement.

3. Le dézonage de nos terres nourricières : Bien que seulement 2 % du territoire du Québec soit consacré à l’agriculture et que la santé de nos sols se dégrade, nos terres nourricières continuent de disparaître année après année en raison des choix gouvernementaux, de l'étalement de la banlieue et de l'activité de spéculatrices et spéculateurs financiers et immobiliers. Nous demandons au gouvernement du Québec de #FaireMieux, en protégeant la source de notre autonomie alimentaire contre le dézonage agricole au lieu d’y faire pousser des batteries et des données numériques.

4. Des stratégies fantômes : À l’automne 2020, le gouvernement lançait la première ronde de consultations pour l’élaboration de la nouvelle stratégie de développement durable. Mais nous attendons toujours la suite, alors que la prolongation de l’actuelle stratégie est venue à échéance le 31 mars dernier. À ceci s’ajoute la stratégie plastique qu’on se fait promettre depuis 2020. Plus on attend, moins on agit et plus les décisions se prennent avec encadrement périmé sur ces enjeux cruciaux. On peut définitivement #FaireMieux en déployant ces stratégies rapidement.

Nous sommes exigeants et nous en convenons. Mais je vous assure que tout ce que nous réclamons est juste et réaliste. Et j’ai besoin que vous m’aidiez à faire comprendre au gouvernement qu’ensemble, on peut #FaireMieux.

Il ne reste que peu de temps au gouvernement pour concrétiser ses dossiers importants avant la fin de la session parlementaire et les élections de cet automne. Je vous assure qu’Équiterre ne lâchera pas le morceau.

Participez »