Aller à la navigation Aller au contenu

À venir

COP15

La COP15, qui aura lieu à Montréal du 7 au 19 décembre, sera un point tournant pour la sauvegarde du vivant.

Le contexte

La COP15 est le rendez-vous mondial le plus important pour la biodiversité depuis plus de 10 ans. Elle vise à rehausser le niveau d’ambition des pays signataires de la Convention sur la diversité biologique (CBD) et à adopter un nouveau un cadre mondial commun pour restaurer et protéger la biodiversité. Le cadre mondial qui sera adopté exigera des transformations profondes de notre société pour permettre de :

  1. Stabiliser les tendances responsables de l'aggravation de la perte de biodiversité au cours des dix prochaines années (d'ici à 2030);

  2. Permettre la reconstitution des écosystèmes naturels au cours des vingt années suivantes, avec des améliorations nettes d'ici à 2050;

  3. Réaliser la vision de la Convention qui est de « vivre en harmonie avec la nature d'ici à 2050 ».1

Les enjeux

On vit une crise environnementale (dérèglement climatique et déclin de la biodiversité) qui a comme conséquence la perte du vivant. L’équilibre de nos écosystèmes et de notre planète est précaire et lorsque la biodiversité s’effrite, c’est tout le vivant qui est menacé. Il y a des effets sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de milliards de personnes, sur notre santé et sur notre qualité de vie.

🐝 Un million d’espèces animales et végétales menacées

Pas moins d’un million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction (sur les quelque huit millions estimées sur Terre), selon un rapport de 2019 de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

L’humanité a un très gros retard en matière de conservation de la biodiversité. Actuellement, le monde protège 8 % du milieu marin et près de 16 % du milieu terrestre et aquatique.

Pour faire face à l’urgence bio-climatique, Équiterre travaille à concrétiser des changements systémiques.

«  La biodiversité, c’est le vivant. C’est vous, c’est nous, c’est tout ce qui compose nos écosystèmes, qui nous permettent de vivre sur notre planète. C’est la nourriture qui nous nourrit, c’est l’eau qui nous hydrate. Ce sont les microorganismes qui permettent de décomposer le vivant en fin de vie, pour pouvoir nourrir le sol et engendrer de la nouvelle vie.  »

Colleen Thorpe

Pourquoi Équiterre participe?

Lors de la COP15, Équiterre présentera une conférence et un panel sur la biodiversité des sols et animera un kiosque sur la biodiversité des sols.

En 2022, le mouvement environnemental est doté d’une multitude de voix et d’expertises, avec plusieurs groupes qui travaillent spécifiquement sur la protection de la biodiversité, de la faune et de la flore.

Le travail d’Équiterre, de lutter contre et de freiner les impacts de la crise environnementale, est imbriqué avec la lutte contre le déclin de la biodiversité. Les enjeux climatiques et les enjeux de biodiversité sont intimement liés. Le travail sur l’un ne peut se faire sans l’autre.

Équiterre participe à la COP15 pour suivre l’évolution du cadre mondial et oeuvre dans 3 sphères d’action :

Faire valoir l’importance de la biodiversité des sols

Chez Équiterre, nous travaillons depuis plusieurs années sur la santé des sols, qui est directement liée à la santé humaine et à la santé environnementale. Les sols vivants et biodiversifiés produisent des aliments plus nutritifs, captent du carbone et protègent des effets des changements climatiques.

Lors de la COP15, Équiterre présentera une conférence et un panel sur la biodiversité des sols et animera un kiosque sur la biodiversité des sols.

Mobiliser contre des projets potentiellement destructeurs de la biodiversité

Le gouvernement fédéral fait des efforts pour protéger les espèces menacées et la biodiversité, mais il continue d’approuver des projets pétroliers comme Bay du Nord. Sa réglementation sur le pétrole et le gaz offshore est trop faible pour protéger les écosystèmes et espèces marines.

Lors de la COP15, Équiterre sensibilisera sur les risques et impacts du projet Bay du Nord sur les écosystèmes et espèces marines, pour mobiliser vers l’abandon du projet.

Sensibiliser aux conséquences de l’effondrement de la biodiversité

Le déclin de la biodiversité a des impacts qui vont bien au-delà de la perte d’animaux symboliques, comme l’ours polaire. Lorsque la biodiversité s’effrite, c’est tout le vivant qui est menacé.

Lors de la COP15, Équiterre encouragera la participation à la Grande marche pour le vivant; diffusera du contenu informatif dans le cadre du Collectif COP15 et fera don d'une œuvre d’art intitulée Ours polaire sur glaces éphémères à la Ville de Montréal pour exposition, avec le but de sensibiliser le grand public aux enjeux interreliés du dérèglement climatique et du déclin de la biodiversité.

Équiterre à la COP15

2022

18 décembre

Kiosque sur la biodiversité des sols

Équiterre tient un kiosque d’exposition sur la biodiversité des sols au Pavillon du Canada (pas ouvert au public)

13 décembre

Participez à notre webinaire sur Bay du Nord

Équiterre co-anime avec Sierra Club un webinaire avec sur les risques et impacts du projet Bay du Nord sur les écosystèmes et espèces marines

12 décembre

Écoutez notre conférence sur la biodiversité des sols

Équiterre organise une conférence/panel sur la biodiversité des sols et l’alimentation

10 décembre

Venez marcher avec nous!

Équiterre participe à la Grande marche pour le vivant

8 décembre

Venez voir notre projection

Équiterre anime une projection murale sur la Maison du développement durable à Montréal

5 décembre

Journée mondiale des sols

27 octobre

Lancement du collectif COP15

La société civile mobilisée comme jamais pour la biodiversité!
Lire notre communiqué

Foire aux questions

Contenus reliés

Participez