Skip to navigation Skip to content

News  •  3 min

Taxe carbone et coût de la vie : le vrai du faux

Published on 


On a beaucoup entendu parler de la tarification du carbone (taxe carbone) cette année, surtout par celles et ceux qui veulent son abolition parce qu’elle serait responsable de tous les maux économiques. Mais quand on regarde de plus près, on se rend compte que non seulement son impact sur l’inflation est marginal, mais en plus elle aide un grand nombre de familles, surtout celles à faibles et moyens revenus. Si elle sert d’épouvantail, c’est pour éviter de parler des vrais problèmes de consommation. Et en promettant que son abolition réglera nos problèmes économiques, on induit les gens en erreur et on fait monter les enchères de la déception et du cynisme.

Voici donc 5 choses qu’il faut savoir pour départager le vrai du faux :

1. D’abord, c’est quoi la taxe carbone?

La tarification du carbone fixe un prix sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) afin que les entreprises et les individus en tiennent compte dans leurs décisions et les réduisent. C’est une incitation généralisée à consommer moins d’énergie et à opter pour des énergies moins polluantes. Par exemple, une personne qui possède un modèle de véhicule à essence particulièrement gros et énergivore verra le prix du carburant à la pompe être plus élevé que si elle possédait un véhicule plus sobre en carbone ou encore un véhicule électrique.

La tarification du carbone peut prendre la forme d'une taxe sur le carbone (directe), comme celle fédérale, ou d'un marché du carbone (indirecte), comme au Québec.

2. Est-ce que la taxe fédérale sur le carbone est en vigueur au Québec?

Non! Au Québec, nous avons notre propre système pour encourager la réduction de la pollution. Aucun enjeu du coût de la vie au Québec ne se réglera en promettant d’abolir la tarification fédérale sur le carbone. Aucun. Le pain, le lait, les œufs, etc., coûteront exactement le même prix avec ou sans mécanisme de tarification carbone fédéral. Le prix de l’essence dépend de l’humeur et des marges de profit souhaitées de la part des pays producteurs. Le prix des voitures et des camions dépend des marges de profit souhaitées par l’industrie automobile.

Le Québec et certaines autres provinces ont leurs propres mécanismes. Mais pour les provinces qui n’en ont pas, le système fédéral de taxe carbone s’applique.

3. Est-ce que la taxe carbone augmente le coût de la vie pour les provinces où elle est en vigueur?

Non, car c’est une mesure neutre en revenus, c’est-à-dire que l’argent recueilli par la taxe est redistribué aux contribuables. On paye pour notre utilisation de carbone, mais l’argent est ensuite déposé dans son compte bancaire. Dans la majorité des cas, et surtout pour les ménages à faible ou à moyen revenu, les remboursements sont plus importants que ce qu’on paye via la taxe carbone. Et ce n’est pas juste le gouvernement qui le dit. Des récentes études économiques soutiennent cette affirmation.

4. Est-ce que la taxe carbone contribue à l’inflation?

Oui, mais en toute petite partie. Le gouverneur de la Banque du Canada a estimé qu’elle contribue 0,15 % à l’inflation. Ce qui n’est pas rien, mais pas majeur non plus. Ce qui la différencie des autres causes de l’inflation, c’est que l’argent payé de plus par la taxe carbone est remis dans les poches des gens, donc on ne peut pas dire que ça augmente le coût de la vie au final.

5. Donc, qu’est-ce qui cause l’augmentation du coût de la vie?

Plein de choses – les conflits mondiaux, les défis du marché du logement… Mais les énergies fossiles et la crise climatique sont à la base de beaucoup des défis et des augmentations de prix, par exemple :

  • du panier d’épicerie, à cause de l’impact sur les récoltes ici et ailleurs dans le monde;

  • des taxes municipales, à cause de l’impact sur les infrastructures;

  • des primes d’assurance, à cause de l’impact sur les biens personnels.

La tarification carbone bénéficie aux personnes qui en ont le plus besoin

La population canadienne comprend que la crise climatique va nous coûter de plus en plus cher et que la transition énergétique est inévitable. La tarification du carbone est une des politiques climatiques les plus efficaces pour la réussir. Elle vise à diminuer les émissions de GES, en envoyant un signal monétaire que notre utilisation de carbone nous coûte cher à cause du dérèglement climatique qu’elle inflige.

Et ça va nous coûter de plus en plus cher si on ne se responsabilise pas à diminuer notre consommation collective d’énergies fossiles.

On ne peut pas se permettre d’ouvrir la porte à des exceptions, des reports ou des affaiblissements de la taxe carbone. Parce que plus le système commence à ressembler à un fromage suisse, moins il fait du sens dans son ensemble.

Nous avons une responsabilité collective de contrer la diffusion d’informations erronées et la politisation de la politique climatique. Car si on élimine la taxe sur le carbone nous serons tous et toutes moins bien lotis au final.

Connaissez-vous la différence entre la mésinformation et la désinformation climatique?

Read our resource