Aller à la navigation Aller au contenu

En cours

L’avenir énergétique nous appartient, parlons-en

La population québécoise doit participer à une discussion sur notre transition énergétique

Le contexte

Avec la transition, les besoins en énergies renouvelables ne cessent d’augmenter. Au Québec, ceci signifie qu’il faut faire des choix écologiquement responsables pour mieux utiliser nos ressources limitées en hydroélectricité. Nous devons dès maintenant planifier intelligemment notre manière de consommer et de développer les différentes filières en énergie renouvelable. pour assurer notre avenir.

  1. 54 % de l’énergie consommée au Québec en 2019 provenait toujours des énergies fossiles. Or, pour décarboner nos bâtiments, nos véhicules et nos industries du Québec et faire la transition de cette part de consommation vers l’électricité, le gouvernement estime qu’on aura besoin d’un demi Hydro-Québec de plus (autrement dit, au moins 100 TWh d’ici 2050).

  2. Nos surplus d’hydroélectricité auront très bientôt fondu et ne seront donc pas suffisants pour assurer la transition de tous les secteurs ainsi que notre indépendance énergétique au Québec.

  3. Le gouvernement du Québec cherche toutefois à augmenter la production hydroélectrique afin d'attirer l'industrie, mais dans un contexte de crise climatique et de la biodiversité, l’avenir énergétique ne peut être réfléchi uniquement en termes d'augmentation de la production à des fins de développement économique.

Les enjeux

  1. Le Québec n'a pas de stratégie énergétique lui permettant de sortir rapidement des énergies fossiles et d'atteindre ses objectifs climatiques d’ici 2050.

  2. Les décisions sur l’avenir énergétique sont prises actuellement derrière des portes closes, au sein du nouveau comité sur l’économie et la transition énergétique - composé uniquement de quelques ministres et de la PDG actuelle d’Hydro-Québec.

  3. Accroître la production électrique, peu importe le type d'énergie choisi (hydroélectrique, solaire ou éolienne par exemple), engendre des impacts sociaux et environnementaux.

  4. Le gouvernement du Québec compte accroître la production, mais électrifier notre économie avec la construction de nouvelles centrales avec des barrages ne peut pas être la seule solution. Il faudra également revoir notre façon de consommer l'énergie.

Il est temps de redessiner l’avenir énergétique du Québec.

«  La question s’impose : notre hydroélectricité sera-t-elle un moteur de la transition écologique ou un outil de croissance économique ?  »

Notre opportunité

Maintenant que le gouvernement a annoncé la tenue d'une consultation publique sur l'avenir énergétique du Québec au printemps pilotée par le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, nous voulons savoir comment elle se déroulera, ce qu'elle englobera et qui elle inclura.

Nous devons réfléchir collectivement à la manière dont nous souhaitons utiliser notre précieuse énergie verte : pour produire quoi, à quelles fins et au bénéfice de qui? C'est pourquoi nous avons aussi écrit au Ministre. Voici la lettre :

  • pdf  - 0.05 mb Demande de BAPE générique sur l’avenir énergétique du Québec

    Voir le document

Ces questions sont trop importantes pour être réfléchies derrière des portes closes. Nous devons nous assurer que les priorités des Québécois(e)s, des communautés autochtones et des expert(e)s et leur vision du développement de la société soient entendues.

Il est temps de redessiner l’avenir énergétique du Québec.

Ensemble, exigeons un vrai débat de société sur l’avenir énergétique du Québec!

Participez

  1. Signez la pétition

Partagez la pétition

  1. Nous comptons sur vous pour faire circuler la pétition.

    Quel sera le format de la consultation que le Premier ministre a annoncé et qui va-t-elle impliquer ? On ne le sait toujours pas. Alors assurons-nous que ce soit une consultation publique menée en bonne et due forme par le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Notre avenir énergétique en dépend. Partagez la pétition!

FAQ