Skip to navigation Skip to content

News  •  6 min

Dossier: Agricultural rezoning in Quebec

Published on 

dezonage-dossier-600x314.jpg

The pressure on Quebec’s agricultural land, a scarce and valuable resource, is alarming. Despite the Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities, which took effect 40 years ago, our farmland continues to disappear year after year because of urban sprawl and financial and real estate speculation. An estimated 35,000 hectares have been affected over the past 20 years.

Here is everything you need to know about this important issue:

1-Why is it important to protect our farmland?

Our agricultural land is what feeds us and what will feed future generations. The destruction of our farmland imperils our food security, as nearly everything we eat comes from agriculture. Protecting them is therefore crucial.

Cultivable farmland makes up only 2% of Quebec’s land mass. This scarcity drives up prices, causing additional speculative activity on these lands and putting them further out of farmers’ reach. Once farmland has been paved over, we can no longer recover the living, fertile soil lying underneath. It is a non-renewable resource, since it takes several centuries to regenerate once it has been developed.

Beyond the threat that rezoning exerts on this land, agriculture is also one of the sectors most affected by climate change. Protecting our farmland is therefore a win-win, in that it not only protects our food security but also plays a proactive role in helping mitigate climate change. Learn about climate agriculture and how the agricultural industry can play an important role in tackling the climate crisis by capturing GHG’s in Quebec’s agricultural soil.

2- Why is there so much rezoning in Quebec?

There is heavy demand for agricultural rezoning in a number of areas: housing developments, municipalities’ need for increased property tax revenues, various economic projects, land occupancy by non-farmers, etc.

There is a demand across Quebec, but especially around the greater Montreal area. A few recent examples of successful or attempted agricultural rezoning initiatives: in the RCM of Montcalm (160 ha), Beauharnois (94 ha), Ste-Marie (84 ha), Vaudreuil-Soulanges (24 ha), Saint-Jean-sur-Richelieu (187 ha), Quebec City (200 ha), Boisbriand (137 ha), Saint-Constant (8.5 ha), Granby (23 ha) and Saint-Hyacinthe (14 ha), to name only a few!

Équiterre’s position is that we must stop viewing agricultural land, farmed or not, as zones waiting to be urbanized.

3-Are there any legislative or institutional safeguards in place to protect our farmland?

The province of Quebec is subject to the Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities, which took effect in 1978. The aim of the act is to prohibit the use of farmland for purposes other than agriculture. The Act also created the Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

The CPTAQ’s mission is to preserve the land that is suitable for agricultural development and activities for future generations. The CPTAQ therefore has a major role to play in protecting Quebec’s farmland. It essentially has the decision-making authority to either include or exclude land from an agricultural zone. Any rezoning must be authorized by the CPTAQ or otherwise decreed by the government of Quebec. Since the early 1990s, the CPTAQ has refused to rezone nearly 80,000 hectares (ha).

In 2017, however, the CPTAQ approved three-quarters of the applications submitted, resulting in the disappearance of 2,000 hectares of farmland in a single year. Most of these requests came from the government, municipalities and real estate developers across Quebec.

The CPTAQ is therefore not a panacea when it comes to protecting our farmland. The government can sidestep it by issuing orders or enacting special legislation. In some cases, projects have been allowed to go ahead even against the advice of the CPTAQ and even when experts from the primary ministries concerned have deemed them unacceptable.

4-What can be done to improve the situation?

A few avenues towards possible solutions:

  • Quebec should complete an exercise in order establish a coherent vision for land use for the province

Équiterre believes that agriculture must be seen as a strategic resource for Quebec and that an overarching vision of agriculture is necessary to protect our farmland. The Alliance ARIANE is proposing just that: a national land use policy for Quebec, a proposal that is supported by Équiterre.

Municipal Affairs and Housing Minister Andrée Laforest has announced a national conversation aimed at establishing a coherent vision of land use in Quebec. However, if development projects that lead to urban sprawl continue to be approved while this conversation takes place, it cannot be taken seriously and will not be productive.

Therefore, we called on the Quebec government to institute a moratorium on agricultural rezoning, while this national conversation was taking place. Équiterre and our partners is working throughout to help craft this national vision for land use, in order to prevent the destruction of our farmland and natural habitats.

>> We have received over 13,000 signatures of Équiterre’s petition against agricultural rezoning, which was delivered to the Minister of Municipal Affairs and Housing in september 2021. <<

  • Valuing and enhancing our farmland

There are a number of initiatives in place to enhance or protect agricultural land. Examples include the program to compensate rural municipalities for protecting CMM farmland, the agricultural zone development plan (PDZA), greenbelts, farmland re-parcelling strategies, regenerative soil management, land trusts and servitudes, etc.

  • Optimizing urban or white zone land use

The optimization of urban or white zone land use should allow the province to accommodate all the demographic growth that is forecast in most of Quebec’s municipalities. Soil densification and decontamination should be prioritized.

Our vision of agriculture as a strategic resource

Équiterre has always proposed and supported innovative public policy as well as community and corporate actions that foster sustainable agricultural and food systems.

A vital, rare and non-renewable resource, Équiterre believes that our agricultural land should be considered a part of our collective heritage: a true strategic resource.

The foundational elements that guide our work on agriculture are soil health, agricultural land protection, food autonomy, agricultural succession and a new generation of farmers, and dynamic land occupancy. 

For more information:

Les terres agricoles québécoises sont des ressources rares et précieuses. Pourtant, la pression à laquelle elles sont assujetties est alarmante. Malgré la Loi sur la Protection du territoire et des activités agricoles, adoptée il y a 40 ans, nos terres nourricières continuent de disparaître année après année en raison de l'étalement urbain et de l'activité de spéculateurs financiers et immobiliers. Plus de 35 000 hectares ont été artificialisés au cours des 20 dernières années.

Voici tout ce que vous devriez savoir sur cet enjeu important :

L’enjeu du dézonage agricole au Québec

1-Pourquoi est-il important de protéger le territoire agricole?

La protection de notre territoire agricole est vitale puisqu’il a comme vocation de nous nourrir et de nourrir les générations futures. Détruire notre territoire agricole, c’est mettre en péril notre sécurité alimentaire, car presque tout ce que l’on mange provient de l’agriculture.

Les terres agricoles cultivables représentent seulement 2 % du territoire québécois. La rareté des terres cultivables fait grimper les prix, ce qui entraîne davantage de spéculation et nuit à leur accessibilité pour les producteurs agricoles. Une fois ces terres recouvertes d’asphalte, nous ne pouvons plus récupérer ces sols vivants et fertiles. Il s'agit d’une ressource non renouvelable puisque sa régénération après artificialisation prend plusieurs siècles.

En plus de la pression du dézonage sur ces terres, le secteur agricole est l'un des plus directement touchés par les changements climatiques. Pourtant, la protection de nos terres agricoles a le double bénéfice de non seulement protéger notre sécurité alimentaire, mais également de proactivement aider à atténuer les changements climatiques. Découvrez ce qu’est l’agriculture climatique et comment l’industrie agricole peut jouer un rôle important pour confronter la crise climatique en captant des GES dans les sols agricoles du Québec.

2- Pourquoi y a-t-il autant de dézonage au Québec?

La demande pour le dézonage agricole est forte et provient de divers milieux : des projets domiciliaires, de l’augmentation des revenus de taxe foncière des municipalités, des projets économiques divers, de l’occupation du territoire par des non-agriculteurs, etc.

Ces demandes se font partout au Québec, mais plus particulièrement autour de l’agglomération de Montréal. Voici quelques exemples récents de modification ou de tentatives de modification de la zone agricole : dans la MRC de Montcalm (160 ha), à Beauharnois (94 ha), à Ste-Marie (84 ha), à Vaudreuil-Soulanges (24 ha), à Saint-Jean-sur-Richelieu (187 ha), à Québec (200 ha), à Boisbriand (137 ha), à Saint-Constant (8,5 ha), à Granby (23 ha) ou encore à Saint-Hyacinthe (14 ha). Les exemples sont nombreux!

Équiterre est plutôt d’avis qu’il faut cesser de voir les territoires agricoles, exploités ou non, comme des zones en attente d'urbanisation.

3-Quelles lois et institutions sont en place actuellement pour protéger les territoires agricoles?

Le territoire québécois est soumis à la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, mis en place en 1978, qui a pour but d'interdire l'utilisation des terres à d'autres fins que l'agriculture. Cette loi a aussi créé la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

La mission de la CPTAQ est de garantir aux générations futures un territoire propice à l’exercice et au développement des activités agricoles. La CPTAQ a donc un rôle majeur dans la protection du territoire agricole au Québec. Elle a essentiellement le pouvoir décisionnel d’autorisation d’inclusion ou d’exclusion de lots de la zone agricole. Ainsi, le dézonage doit être autorisé par la CPTAQ ou accordé par décret du gouvernement du Québec. Depuis le début des années 1990, elle a refusé le dézonage de près de 80 000 hectares (ha).

Par contre, en 2017, la CPTAQ avait autorisé les trois quarts des demandes qui lui avaient été faites, résultant en la disparition de 2 000 hectares de terres agricoles en un an. Ces demandes proviennent essentiellement du gouvernement, de municipalités ou de promoteurs immobiliers, et ce, partout au Québec.

La CPTAQ n’est pas un outil parfait pour protéger nos terres agricoles. Le gouvernement peut contourner la CPTAQ en adoptant des décrets ou des lois spéciales. En plus, des projets sont parfois mis de l’avant malgré l’avis de la CPTAQ et même lorsque des experts des principaux ministères concernés les jugent inacceptables.

4-Comment peut-on améliorer la situation?

Équiterre est d’avis qu’une vision d’ensemble de l’agriculture est nécessaire à sa protection et qu'elle doit être vue comme une ressource stratégique pour le Québec. L’Alliance ARIANE, appuyée par Équiterre, propose d’ailleurs une Politique nationale d’aménagement du territoire pour le Québec.

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a annoncé une conversation nationale pour doter le Québec d’une vision cohérente de l’aménagement du territoire. Les discussions ne pourront toutefois se faire de manière sérieuse si, en marge de celle-ci, on continue de permettre des développements qui favorisent l’étalement urbain.

Ainsi, pendant cette conversation nationale, nous avons demander au gouvernement du Québec un véritable moratoire sur le dézonage agricole. Équiterre et ses partenaires travaillent pour aider à bâtir une vision nationale afin d'éviter la destruction de terres agricoles ou de milieux naturels.

>> Nous avons reçu plus de 13 000 signatures à notre pétition contre le dézonage agricole que nous avons remise à la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, en septembre 2021. <<

  • Une revalorisation du territoire agricole

Il existe plusieurs exemples de revalorisation ou de protection du territoire agricole. En voici quelques-uns : le programme de compensation aux municipalités rurales pour
la protection du territoire agricole de la CMM
, les Plans de développement de la zone agricole (PDZA), les ceintures vertes, les stratégies de remembrement des terres agricoles, la gestion régénératrice des sols, les fiducies foncières et les servitudes, etc.

  • Une optimisation du territoire urbanisé ou en zone blanche

L’optimisation du territoire urbanisé ou en zone blanche devrait permettre d’accueillir toute la croissance démographique prévue dans la majorité des municipalités québécoises. La densification et la décontamination des sols devraient être priorisées.

Notre vision de l’agriculture comme ressource stratégique

Depuis toujours, Équiterre propose et appuie tant les politiques publiques novatrices que les actions des citoyens-nes et des entreprises favorisant des systèmes agricoles et alimentaires durables.

Puisque le territoire agricole est une ressource vitale, rare et non renouvelable, Équiterre croit qu’il devrait être considéré comme un patrimoine collectif; une véritable ressource stratégique.

Les éléments de base qui guident notre vision sont la santé des sols, la protection du territoire agricole, l’autonomie alimentaire, la relève agricole et l’occupation dynamique du territoire.

Pour plus d’informations :

Lire la lettre de Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre

Dossier: Agricultural rezoning in Quebec