Skip to navigation Skip to content

Political recommendation

Commentaire d'Équiterre: consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi 77

Published on 

Équiterre félicite le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. André Lamontagne, pour son initiative visant à assurer le succès et la pérennité de l'Institut de technologie agroalimentaire (ITA) en présentant devant l'Assemblée nationale un projet de loi visant à constituer l'Institut de technologie agroalimentaire du Québec (ITAQ).

Dans un contexte où les besoins de main-d'œuvre qualifiée augmentent au sein des entreprises, le projet de loi no 77 (PL77) permettra davantage d'autonomie et de flexibilité à l'Institut dans l’accomplissement de sa mission éducative.

Assurer la cohérence avec les objectifs d’agriculture durable et d’autonomie alimentaire

L’ITAQ aura pour mission la formation technique de niveau collégial dans les domaines agricole et agroalimentaire, de même que la réalisation de recherches et d’activités de transfert de connaissances. Équiterre souhaite par conséquent souligner l'importance d'intégrer les notions et pratiques de l’agriculture durable, à faible empreinte carbone, tant dans la formation que dans la recherche et le transfert de connaissances que mènera l’ITAQ. Plus spécifiquement, ces activités doivent s’orienter vers l’atteinte des objectifs du Plan d’agriculture durable (PAD) ainsi que ceux visant à accroître l'autonomie alimentaire dy Québec.

Afin de répondre à ceux-ci, la diversification des cultures doit, selon Équiterre, être au cœur des activités de formation, de recherche et de transfert afin d’assurer la production alimentaire de base: produire davantage de légumineuses comestibles, de grains et de pseudo grains (sarrasin) en répondant aux besoins nutritionnels des québécois et dont la mise en marché sera locale.

Équiterre recommandait d’ailleurs dans son mémoire sur la surutilisation des pesticides au Québec, déposé à la CAPERN en 2019, que le gouvernement du Québec investisse 100 millions de dollars sur quatre ans pour soutenir le développement d’une agriculture biologique reposant sur des pratiques régénératrices des sols, et le transfert de connaissances vers l’agriculture conventionnelle . 

Fichier attachéTaille Commentaire d'Équiterre - PL774.34 Mo